30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 09:52

Dans cette présidentielle rien ne nous aura été épargné. Quand je dis nous, je parle de la gauche. Les affaires Fillon ou Le Pen prennent la place sur les projets et la vision du pays que devraient pouvoir exprimer les candidats. Du coup, une bulle monte sans jamais exploser : Macron peut bien être creux au possible — il est l'exacte illustration de ce qui fait monter l'extrême droite avec un ni-ni qui m'attriste autant qu'il m'effraie — il monte. Valls dit aujourd'hui que si Fillon gagne il faudra bien négocier avec la droite républicaine. On en est donc là. 
Et nous, à gauche, incapables de nous entendre. De nous parler, même. Alors que nous aurions pu. Tant de grandes choses nous attendaient… tant de progrès pour le pays. Tant de vies changées. Mais non. Il faut en prendre acte.

Alors dans ce contexte, certain·e·s pourraient se décourager. D'autres se tourner au 1er tour vers un candidat qu'ils ne cautionnent pas. D'autres encore ne pas aller voter. Se lamenter. Crier dans le vide. Se tourner vers Le Pen parce que la sérénade de l'anti-système, si si, ça marche.

Eh bien moi je vais vous dire : Benoît Hamon est mon candidat. Il est celui qui porte les idées, les projets, les valeurs du PS. Il est celui qui sera un président de la République historique parce qu'enfin nous changerons de siècle. Il est celui, encore, avec qui j'ai travaillé comme secrétaire nationale du PS, que je connais personnellement, que je sais honnête, humain, brillant, plein d'empathie et d'humour aussi. Je connais ses convictions, sa grandeur d'âme, sa conscience politique, son engagement. 

Oui, le moment est difficile. Mais c'est dans ces moments là que l'on peut savoir qui l'on est vraiment. Qui êtes-vous ?

Moi, je suis une combattante. J'ai le socialisme au fond des tripes et je me battrai, chaque jour, chaque minute, pour vous convaincre que nous avons une chance historique d'élire un président de la République hors norme, qui nous mènera très loin.

Je n'ai aucun doute sur mon vote des 23 avril et 7 mai prochain. Je n'ai aucun doute et je sais que nous sommes des millions à sentir la justesse de ce vote. Alors disons le. Montrons le. Soyons tous et toutes des combattant·e·s. Et le futur sera enfin désirable.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans politique nationale élections
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 16:14
À la mi-janvier, constatant une inflation des candidatures de gauche dans la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône, j'invoquais l'intelligence collective par une lettre ouverte parce que l'union de la gauche a toujours été une priorité pour moi: « J’en appelle solennellement à une réunion de l’ensemble des partis, courants, personnes et personnalités concernés. Ensemble, mettons sur la table ce que nous voulons vraiment. Ensemble construisons nos candidatures, dans le respect de chaque tendance, de chaque parti, mais sans oublier le principal : mieux vaut gagner ensemble que de tout perdre seul. »
 
Je l'ai dit à l'époque et le redis aujourd'hui : si mon retrait favorisait une dynamique de rassemblement, ce serait pour moi un honneur que de renoncer à me présenter.
 
Aujourd'hui, j'entends des rumeurs, venues d'ici ou là... On me dit qu'à Marseille et à Paris, des socialistes et des écologistes se sont entendus entre eux pour que la candidature dans la 11e circonscription revienne à EELV.
 
Se rassembler, oui. Commencer par un rassemblement PS-EELV encore oui. Mais les méthodes traduisent aussi une certaine conception des choses : alors que j'en appelais à la discussion franche et ouverte, certain·e·s parlementent dans d'obscures arrières salles, sans impliquer ni même prévenir la candidate officiellement investie par le PS. Ces négociations qui consistent à échanger une circonscription contre une autre sans tenir compte des réalités du terrain, ni que les candidats potentiels ne se parlent, ces marchandages d'appareil qui passent outre les militant·e·s  et le débat public : ce sont là des méthodes d'apparatchiks datant du siècle dernier et auxquelles je suis fermement opposée. Tout cela est un avilissement de la politique et c'est exactement ce contre quoi je me bats.
 
Le comité citoyen que j'ai lancé le 11 mars, qui regroupe des gens qui ont tous en commun de vouloir lutter pour concrètement changer la vie des gens travaille dans une dynamique de rassemblement populaire de gauche. Et quelles que soient les décisions venues d'en haut, nous continuerons de travailler, de rassembler, de partager pour construire ce futur désirable qui n'a rien à voir avec de sombres combines politiciennes.
Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 10:08

samedi dernier Anonymal TV est venu filmer le lancement du comité citoyen de la 11eme circonscription.

Retour sur cette belle matinée qui a donné lieu à des échanes passionnants sur la culture, l'urbanisme, la vie des quartiers, l'égalité entre les femmes et les hommes, l'économie et bien d'autres sujets !

A suivre : les réunions du comité citoyen commenceront très prochainement. Les dates vous seront indiquées ici et sur Facebook.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 08:46

Candidats investis par le Parti Socialiste pour les prochaines législatives Gaëlle Lenfant et Emilien Goguel-Mazet vous donnent rendez-vous samedi 11 mars à partir de 10 heures au 5 Bd de la Grande Thumine à Aix-en-Provence (Bus n2 Arrêt Payot) pour le lancement du comité citoyen de la 11ème circonscription des Bouches-du-Rhône.
 
"Je veux que ce moment soit différent de ce que l'on fait d'ordinaire. Je veux permettre à des citoyennes et des citoyens de s'impliquer dans un travail politique. Depuis que je me suis engagée je me bats pour que le fossé entre la caste politique et les gens puisse être comblé. Nous sommes dans un moment particulièrement difficile, mais je ne baisse pas les bras, bien au contraire. C'est pourquoi, tout au long de cette campagne, je laisserai place au débats, aux rencontres improbables, aux projets, aux idées nouvelles. Je suis convaincue que tous les gens qui disent ne rien avoir à faire avec la politique ont au contraire beaucoup à lui apporter, et je veux leur donner la parole, recueillir leurs idées, bâtir à partir de cette matière. "
Gaëlle Lenfant a demandé à quelques personnes représentatives de ce que sera ce comité citoyen de prendre la parole samedi prochain.
 
Audrey C B Gatian
Socialiste, mais aussi (et surtout ?) féministe, Audrey Gatian milite pour que les femmes aient, de façon effective et concrète, les mêmes droits que les hommes. A quelques jours du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, ce sera pour elle l'occasion de rappeler que le combat se mène aussi ici, en Pays d'Aix.
 
Houria Hannachi
Habitante du quartier du Jas de Bouffan, Houria Hannachi rejoint cette démarche parce que là où il y a création de liens entre les gens, volonté d'agir, de faire vivre la démocratie, elle est là. Convaincue que les politiques nationales ont des conséquences sur ce qui se passe chaque jour pour les gens, notamment dans nos quartiers populaires, Houria Hannachi veut pouvoir donner son avis.
 
Rachid Oujdi
Auteur réalisateur, Rachid Oujdi connaît bien ce territoire, même s'il habite plus haut dans le pays d'Aix. Ses documentaires sur les chibanis, ou plus récemment sur les mineurs isolés ouvrent à la connaissance de sujets essentiels, parfois (souvent) relégués comme accessoires. Rachid Oujdi, en homme lucide, engagé, humaniste, porte ce regard au travers de son art comme dans vie de tous les jours.
 
Matthieu Poitevin
Architecte de métier, Matthieu Poitevin ne construit pas que des bâtiments. Il pense les lieux dans lesquels les gens pourraient aimer vivre. Alors forcément, lorsqu'il s'agit d'imaginer le monde de demain et même de se révolter contre les injustice celui d'aujourd'hui il est là.
 
Nicolas Romain
"start-upper", enseignant, père, passionné.. Nicolas Romain ne se range dans aucun tiroir. Fin connaisseur des possibilités de ce territoire, il porte aussi un regard plus global sur les politiques économiques (mais pas seulement) qui sont ou qui pourraient être menées. S'engager à travailler dans ce comité citoyen est pour lui la possibilité d'ouvrir d'autres possibles.
 
Samedi sera un moment certainement décalé par rapport à ce que nous avons l’habitude de voir, d'entendre et de faire en politique. Et tant mieux. S'y exprimeront des gens anonymes et d'autres plus connus. Tous différents. Mais tous avec un engagement à gauche chevillé au corps et l'envie de "faire ensemble". De partager. De construire.
 
Je vous invite à partager ce moment d'échanges mais aussi de convivialité avec nous, et à inviter autour de vous celles et ceux qui voudraient aussi nous rejoindre.
 
Un apéritif convivial viendra clôturer cette matinée.
 
Amitiés,
 
Gaëlle Lenfant
Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:55

Communiqué de presse des élu·e·s « Démocratie pour Aix »

Maryse Joissains fait appel de son renvoi en correctionnelle parce qu’elle a « la conviction d’avoir respecté la loi » (sic).

Comme M. Fillon, elle ne voit aucune dérive dans le fait de privilégier des proches et ce, dans une proportion hors du commun. Mais à la différence du candidat LR, la maire d’Aix poursuit un insupportable et coûteux acharnement judiciaire.

Dans les deux cas, outre les questions de légalité, il est moralement et politiquement injustifiable d’agir de la sorte. De plus, à Aix-en-Provence, ce sont les contribuables qui paient pour les fautes personnelles d’une première magistrate. Elle contrevient aux règles de notre République et ignore le devoir d’exemplarité qui lui échoit.

Personne ne peut se réjouir de voir notre ville régulièrement citée dans des affaires de droit commun. Cette situation dégrade durablement l'image de notre cité et ne peut que nuire à son attractivité.

Au nom de l'intérêt supérieur de nos concitoyen·ne·s et de l'indispensable transparence dans la gestion des fonds publics, le groupe « Démocratie pour Aix » demande solennellement à Maryse Joissains de renoncer à utiliser l’argent public pour mener son appel dans cette affaire délétère comme dans tous les procès où elle a été condamnée.

Ce n’est pas la personne de la maire qui est en cause, pas plus que son entourage. Il s'agit de l'honneur d'une ville, de la réconciliation des citoyens avec la gestion des affaires de la cité. Ces principes doivent primer sur tout autre intérêt particulier.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Aix-en-Provence
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 18:31

Ce matin, c'est en tant que porte parole du groupe Démocratie pour Aix que j'ai ouvert les discours des voeux. Edouard Baldo est revenu en détail sur les dossiers que nous portons (requalification des places, arbres et parkings, charte de la laïcité, soutien aux associations, compteurs Linky, aérodrome des Milles....) Quant à Hervé Guerrera, il a plus particulièrement insisté sur l'ensemble des dossiers liés au développement durable, et ils sont nombreux.

Ci dessous copie de mon intervention.

Cher.e.s ami.e.s,

Nous sommes réunis ici de façon traditionnelle en cette fin du mois de janvier pour nous souhaiter mutuellement santé, bonheur, amour et toutes sortes de belles choses. J’y viendrai.
Mais nous sommes là aussi pour revenir sur l’année précédente, en donner notre vision, et rendre compte de nos actions.
Tout à l’heure Edouard vous parlera plus en détail des dossiers sur lesquels nous avons travaillé. Pour ma part, je voudrais insister sur l’impression globale laissée par cette année 2016 qui n’est pas des meilleures que nous ayons connu.
L’élection de Trump aux États-Unis ou le Brexit montrent combien le monde chavire. En France, ce sont des motions anti-migrants qui fleurissent et les dérives racistes qui se multiplient.
La droite extrême désormais au pouvoir dans notre Région PACA a fait voter fin 2016 une odieuse motion anti-migrants et la suppression d’un dispositif de formation pour jeunes en difficulté, dont certains sous main de justice, certains fichés « S », qui ne seront donc plus encadrés. Il est aussi allé soutenir Netanyahu et son gouvernement contredisant en cela la position diplomatique française et européenne. Pire, il a annoncé le don de 50 000 € à un organisme accusé de participer à la colonisation des territoires Palestiniens. Ces quelques exemples montrent, s’il en était besoin, les dangers que représente une droite toujours plus tournée vers ses extrêmes, toujours plus démagogique et populiste.
Et puis j’en viens à Aix-en-Provence : Maryse Joissains ne déroge pas à cette désormais classique porosité entre droite et extrême droite. Je veux bien l’avouer, la première fois qu’elle a accordé à Madame Solari le retrait d’une subvention à une association, je suis restée sidérée. Je n’ai d’ailleurs pas été la seule, nous l’avons tous été dans le groupe, et de nombreux élus de sa majorité l’ont été avec nous. Mais cela devient désormais tellement classique que j’aie bien peu qu’un jour nous ne nous étonnions même plus…
Retrait de subvention, vote d’une charte de la laïcité retoquée par le TA (merci à la LDH !) C’est à ce demander qui de la droite ou de l’extrême droite gouverne aujourd’hui la ville d’Aix.
Quant aux déclarations tonitruantes de Madame Joissains sur la métropole, je vous le dis tout net : entre les effets de manches d’un côté et les actions concrètes, directement liées à l’intérêt général de l’autre, actions qui doivent toujours guider les élus Madame Joissains a une fois de plus choisi son camp. Ce n’est pas le nôtre. Nous  ne serons jamais du côté de la démagogie et du populisme. Et nous le disons :  oui, il fallait une métropole.
Alors non, celle-ci n’est pas exactement celle qu’on attendait. Mais à force de bloquer de reculer, comme elle l’avait fait sur Marseille Provence 2013, comme elle l’avait fait sur le plan Campus, à force de tout tirer en arrière, on n’avance évidemment pas. Défendre les Aixoises et les Aixois ce n’est pas critiquer gaudin ici et participer à son exécutif là bas. Défendre et plus que défendre, faire progresser les Aixoises et les Aixois c’est avoir une vision d’ensemble, connaître ses dossiers, les travailler en concertation pour faire avancer ses arguments. Quand on a pour seul argument « non » et pour seule méthode le refus et l’insulte, on ne fait rien avancer du tout. C’est ce qui se passe sur ce dossier comme sur bien d’autres.

Alors oui, à Aix, 2016 aura été (encore une fois ?) l’année du populisme parfois surréaliste. Souhaitons que 2017 soit d’un autre acabit. Souhaitons-le, mais surtout travaillons-y. Parce que 2017 sera une année cruciale pour notre pays comme pour Aix.
Je termine avec ces quelques vers de Paul Eluard, tiré du Château des pauvres :

La dose d'injustice et la dose de honte
Sont vraiment trop amères

Il ne faut pas de tout pour faire un monde il faut
Du bonheur et rien d'autre

Pour être heureux il faut simplement y voir clair
Et lutter sans défaut

Nos ennemis sont fous débiles maladroits
Il faut en profiter

N'attendons pas un seul instant levons la tête
Prenons d'assaut la terre

Nous le savons elle est à nous submergeons-la
Nous sommes invincibles

Demain, le peuple de gauche est appelé aux urnes. Soyons nombreuses et nombreux à participer à ce bel exercice démocratique. Faisons honneur à celles et ceux qui, avant nous, ont construit ce qu’est la France aujourd’hui. La gauche c’est la liberté de la presse, le droit du travail, le salaire minimum, les congés payés, les 40 heures puis les 39 heures, puis les 35 heures… La gauche c’est toutes les grandes mesures de progrès. Que ce soit à l’international, au national ou à Aix-en-Provence, c’est la gauche qui a toujours fait avancer le progrès. Cette fois encore, soyons au rendez-vous.

 

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Aix-en-Provence En action
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 11:01

En 2012, j’avais viré en tête du 1er tour. Dans cette circonscription particulièrement marquée à droite, où François Hollande n’avait obtenu que 43% des voix, nous n’avions perdu l’élection qu’à quelques centaines de suffrages, à la surprise générale. Depuis, sur ce territoire, la droite comme la gauche n’ont cessé de perdre des voix et l’extrême droite d’en gagner. 

En 2017, nous avons une responsabilité : faire vivre nos idéaux

Pour cela, nous devons nous donner les moyens de la victoire. Pourtant, je constate que les candidatures de gauche se multiplient : hormis la mienne, étiquetée Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti de gauche, le Parti radical de gauche et une candidate sans étiquette se sont déjà déclaré·e·s. EELV ne saurait tarder. Quant aux soutiens d’Emmanuel Macron, j’entends dire qu’ils auraient plusieurs candidat·e·s potentiel·le·s.

Il est temps de savoir ce que nous voulons vraiment : rester sur les méthodes du passé qui ont fait tant de mal à la gauche en nous tournant le dos les uns les autres, sans discussion possible parce qu’il s’agit d’une élection nationale et que « ce sont les partis qui décident, nous, localement on est désolés mais on ne peut rien faire » ou bien changer notre regard. Nous voir. Discuter. Mettre en balance ce qui nous rassemble sur ce territoire par rapport à ce qui nous divise. Et faire en sorte de ne pas apporter l’élection sur un plateau à la droite ou à l’extrême droite. Ne nous berçons pas d’illusions : dans cette configuration de candidatures multiples, la gauche sera atomisée dès le premier tour. 

Derrière ces candidatures se cache parfois la volonté de voir disparaitre le Parti socialiste. Alors qu’en réalité nous construisons notre disparition collective. La disparition de la gauche. De nos idéaux, de nos valeurs, de nos combats, de ceux de nos anciens. Nous avons oublié pourquoi nous faisons de la politique. Nous préférons voir gagner ceux qui portent des idées qui vont à l’encontre des nôtres, voire même des idées qui nous répugnent, seulement parce que nous sommes incapables de voir que nos convergences sont plus fortes que nos divergences. Comment pouvons-nous donner envie aux gens de gauche de voter si nous ne sommes pas capables de nous montrer responsables vis-à-vis d’eux ? 

En nous divisant, nous nous perdons nous-mêmes

Face à ce constat, j’en appelle solennellement à une réunion de l’ensemble des partis, courants, personnes et personnalités concernés. Ensemble, mettons sur la table ce que nous voulons vraiment. Ensemble construisons nos candidatures, dans le respect de chaque tendance, de chaque parti, mais sans oublier le principal : mieux vaut gagner ensemble que de tout perdre seul.

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:57

Les 22 et 29 janvier prochain auront lieu les primaires de la gauche. Tout électeur, toute électrice peut aller voter, moyennant 1€ de participation et la signature d'une charte des valeurs de la gauche et des écologistes. Comme vous le savez maintenant, je me suis personnellement engagée dans cette campagne en soutenant la candidature d'Arnaud Montebourg. Mais quel que soit votre candidat.e, je vous invite à venir exprimer votre choix : vous serez ainsi acteur de la victoire la gauche en 2017 !

Pour trouver votre bureau de vote :

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 18:35

Chaque année qui passe porte son lot de bonheurs et de tristesses. Il en est certaines plus lourdes que d’autres et 2016 aura été de celles-là. Attentats, guerres, famines, montée des racismes… Non, le monde ne va pas bien. J’en appelais l’an dernier à la raison, mais il faut se rendre à l’évidence : mon appel n’a pas été entendu. L’élection de Trump aux États-Unis ou le Brexit montrent que l’on est plus prêts de la folie que de la raison. En France, ce sont des motions anti-migrants qui fleurissent et les dérives racistes qui se multiplient. À Aix-en-Provence, Maryse Joissains donne régulièrement raison à l’extrême droite, supprimant une subvention par-ci, votant une charte de la laïcité rejetée par le tribunal administratif tant le texte posait problème par-là… Chez nous aussi 2016 aura été ponctuée d’actes et de visions populistes et parfois surréalistes. 

La droite extrême désormais au pouvoir dans notre Région PACA agit dans le même sens. Ces dernières semaines ont été particulièrement terribles : outre l’odieuse motion anti-migrants, le Président de Région a fait voter la suppression d’un dispositif de formation pour jeunes en difficulté, dont certains sous main de justice, certains fichés « S », qui ne seront donc plus encadrés. Il est aussi allé soutenir Netanyahu et son gouvernement contredisant en cela la position diplomatique française et européenne. Pire, il a annoncé le don de 50 000 € à un organisme accusé de participer à la colonisation des territoires Palestiniens. Ces quelques exemples montrent, s’il en était besoin, les dangers que représente une droite toujours plus tournée vers ses extrêmes, toujours plus démagogique et populiste.

2017 sera une année cruciale parce qu’elle portera au pouvoir un nouveau ou une nouvelle président.e de la République, un nouveau gouvernement, une nouvelle Assemblée nationale. Le choix des Français-e-s aura des conséquences importantes sur l’avenir de notre pays. « Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance », écrivait Camus dans La Peste. Le premier vœux que je formule pour 2017 est que les écrans de fumée posés ici ou là par ceux qui cherchent à accéder au pouvoir par tous les moyens n’abusent pas nos concitoyen.ne.s. Que nous ayons la lucidité de regarder au-delà des discours et des images de télévision bien lissées pour voir la réalité des programmes et des projets. Quelle France voulons-nous ? Pour ma part, je souhaite qu’elle porte les valeurs pour lesquelles je me bats chaque jour, dans ma vie d’élue et de militante, mais aussi dans ma vie personnelle, ma vie de femme, de mère, de fille, d’amie… C’est à chaque instant, à chaque rencontre, à chaque partage que par nos paroles comme par nos actes nous pouvons savoir qui nous sommes et quelle direction nous voulons prendre. Je ne renoncerai jamais à la solidarité, au partage, à l’égalité, ni à la liberté de tous comme de chacun. Je suis de gauche. Viscéralement de gauche. Je sais vos doutes, vos lassitudes aussi, parce que vous me les dites souvent lorsque je vous rencontre. Mais au fond, vous ne doutez pas de la justesse de vos valeurs, vous qui comme moi pensez que nous devons nous tourner vers un avenir de gauche. C’est la capacité de tel ou tel à faire vivre vos rêves dont vous doutez. Et ce serait vous mentir que de vous dire que je ne partage pas ces doutes, parfois. Mais douter n’est pas renoncer. Nous avons des primaires de la gauche les 22 et 29 janvier. J’ai choisi de soutenir la candidature d’Arnaud Montebourg, parce qu’il me semble être le meilleur pour diriger la France. Il pourra nous conduire vers cette société plus juste, plus progressiste, plus humaine. Mais un homme, si exceptionnel soit-il, ne peut changer le cours des choses s’il est seul. Voilà pourquoi mon deuxième vœu est que chacune et chacun d’entre vous comprennent la puissance qui réside en chaque individu. Croyez en vous. En ce que vous êtes. En ce que vous faites. Battez-vous pour vos idées, faites grandir vos rêves ! Ensemble, nous pouvons construire une France qui nous ressemble. Je pense particulièrement à toutes celles et tous ceux qui souffrent plus que d’autres. Parce qu’ils n’ont pas d’emploi, pas de logement, parce qu’ils sont dans la solitude, dans la maladie, dans la souffrance pour quelque raison que ce soit. C’est pour elles et eux, surtout, que je veux une France qui renforcerait la solidarité, qui redistribuerait mieux les richesses, qui repenserait l’organisation du travail. C’est pour cela que je me suis engagée dans le soutien d’un candidat aux primaires de la gauche. La victoire d’Arnaud Montebourg lors des prochaines présidentielles est mon troisième vœu.

Bonne année à tous et toutes.

Je vous souhaite aussi des milliers de bulles de bonheurs dans vos vies.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans tribune Mes convictions
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 21:44

Les 22 et 29 janvier prochains aura lieu la primaire organisée par le Parti Socialiste et ses alliés. Ce sera une étape très importante de notre vie démocratique et bien entendu j’y porte une attention particulière. Les sept candidats sont désormais connus. J’ai regardé attentivement les propositions existantes pour l’heure. D’autres viendront sans doute alimenter les débats d’ici les prochaines semaines. Mais j’ai d’ores et déjà fait mon choix.

J’ai décidé de rejoindre le projet France d’Arnaud Montebourg.

La vision qu’il a de la France, de la nécessité de construire pour les gens et d’impliquer tous les citoyens dans la politique me paraît fondamentale.

Son affirmation des valeurs de la gauche et la force qui se dégage de sa volonté de leur donner corps sont pour moi essentielles.

J’ai, il est vrai, regardé attentivement le projet de Benoît Hamon avant de prendre ma décision. Leurs propositions se rejoignent sur bien des points. Mais il y a aussi des divergences, et parmi elles la question du revenu universel. Sur le fond, cette idée est une des meilleures que la gauche ait pu produire. Mais je pense qu’elle est concrètement irréalisable sans donner lieu à la suppression des aides sociales modulées telles que nous les connaissons. Cela aboutirait donc à plus d’injustice, quand l’idée de départ est tout à fait autre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si de nombreuses personnalités politiques de droite se réclament aujourd’hui du revenu universel. Parfois, lorsqu’une idée est bonne mais que le contexte va forcément la dénaturer, il faut savoir l’abandonner.

J’aurai l’occasion, dans les prochaines semaines, de développer les points qui me paraissent les plus essentiels du programme proposé par Arnaud Montebourg et notamment son rapport à la mondialisation.

Mais je tenais, avant d’entrer dans la période dite de la trêve des confiseurs, à vous donner ma position. Elle est mûrement réfléchie, croyez-le bien. Et j’en débattrai volontiers avec vous au travers de commentaires sur les réseaux sociaux ou lors des débats auxquels je ne manquerai pas de participer.

D’ici là, je vous souhaite, à vous et vos familles, de très  belles fêtes de fin d’année.

 

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste