5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:30

 

A l’heure où l’on s’accorde unanimement à déplorer le bilan négatif du gouvernement en matière sociale, économique et sociétale, force est de constater que du côté des inégalités hommes / femmes  ce début d’année est catastrophique, et l’attitude  de la droite au pouvoir contribue à les aggraver.Le droit à l’avortement est insidieusement remis en cause partout en Europe, les écarts de salaires et le temps partiel contraint pour les femmes n’ont jamais été aussi forts, poussant les femmes précaires à se révolter (grève des caissières en février), une étude de l’INSEE de février révèle que les violences conjugales ne sont souvent pas dénoncées par des victimes terrifiées et qui n’ont pas conscience de leurs droits. Partout dans le monde les femmes luttent contre les intégristes religieux qui leur dénient jusqu’au droit de penser et d’exister.

Dans son programme pour les présidentielles, le Parti socialiste avait choisi de poser des propositions phares pour les droits des femmes : la mise en place d’un service public de la petite enfance, pour garantir à chaque enfant une place en structure de garde et permettre aux femmes d’avoir une activité professionnelle ; une loi cadre contre les violences pour enfin mettre en place tous les moyens juridiques, pénaux, financiers, d’information et de protection des femmes victimes de violences, que ce soit dans la rue au travail ou chez elles.

Aujourd’hui, l’inertie règne au gouvernement en matière de lutte pour l’égalité entre hommes et femmes. Les « référentes ministérielles » qui avaient été promises pour pallier la scandaleuse absence d’un Ministère ou Secrétariat d’état aux droits des femmes n’ont jamais existé. Le service documentation du Service des droits des femmes va disparaître, ce qui montre bien le mépris du pouvoir en place pour ce combat essentiel qu’est la lutte pour l’égalité entre hommes et femmes.

Aussi le Parti socialiste exprime son soutien aux associations qui continuent d’agir et de mobiliser, et s’engage partout où ses candidats seront élus à œuvrer à la mise en place de politiques locales d’égalité et d’accès aux droits pour les femmes en matière de santé, de garde d’enfants, d’accès aux services publics, de fourniture d’hébergements aux femmes victimes de violences, d’aide aux centres de planification… Pour que ce 8 mars 2008 soit quand même synonyme d’espoir et de progrès pour les droits des femmes.

Communiqué de
Laurence ROSSIGNOL, Secrétaire nationale PS, déléguée aux droits des femmes

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste