17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 11:26
Hier soir, la "fédé" était comble pour accueillir les 6 orateurs qui ont présenté les 6 motions aux militants. Martine Aubry est arrivée un peu plus tôt, et avec Frédéric Vigouroux et Mohammed Rafaï nous avons tous les quatre commencé la soirée par une conférence de presse au 1er étage du 58 rue Montgrand.

Je ne connaissais pas Martine. Nous nous sommes rencontrées peu avant cette conférence de presse, et je dois dire que ce fut un véritable honneur de faire sa connaissance. Un regard franc, direct et chaleureux, qui écoute et exprime, des mots qui vont à l'essentiel de façon simple, sincère et intelligente, je crois que je me souviendrai longtemps de ce moment là.

Cette femme fait passer quelque chose de fort lorsqu'elle parle, et à cet égard, la conférence de presse à ses côtés a été un moment rare. L'un des journaliste présents avec qui j'en ai parlé a ressenti cela lui aussi. Je vous le dis parce que vous pourriez penser que je fais du fanatisme béat. Ceux qui me connaissent savent bien que ce n'est pas mon genre. Mais hier, j'ai rencontré une femme qui dégage une sincérité et une puissance rare, et si je vous en parle, c'est pour vous transmettre l'idée qu'après l'avoir rencontrée, je sais maintenant par moi même qu'elle peut, qu'elle doit devenir la 1ere secrétaire de notre Parti, parce qu'elle aura, entourée de son équipe, tous les moyens pour non seulement reconstruire le PS, mais le réinventer.

Chacun avait la parole pour 12 minutes, mais les interventions ont été, je trouve, assez inégales : Kader Arif, qui présentait la motion Delanoë/Hollande est resté dans le flou, et je vous avoue que je n'ai pas retrouvé le texte de cette motion dans son intervention. Caresche a défendu le pôle écologique, dont je ne saisis toujours pas bien la ligne.

Venait ensuite Benoît Hamon, qui a fait une brillante intervention, je dois le reconnaître (voir sur le blog de Didier Hacquart).

Martine Aubry présentait ensuite notre motion, et vous ne serez pas surpris si je vous dis qu'à mon sens, c'est elle qui a su le mieux rendre compte de la situation de notre pays, de l'Europe et du monde, ainsi que, parallèlement, de celle du Parti Socialiste. Immigration, travail du dimanche, puissance publique, chômage, consommation, juste échange, services publics... Tout l'esprit de notre motion était là, le tout avec gravité, mais aussi de l'humour, à l'image de ce moment où elle annonçait qu'elle voulait pour le PS, une "ligne claire" ou cet autre, où elle nous a parlé de l'enfant qu'elle avait fait avec Jean-Noël Guérini, à savoir la création des emplois jeunes, ici, à Marseille, dans les quartiers Nord.

Vous pouvez retrouver le sens de son discours dans la lettre qu'elle a publiée ce matin et que je vous invite à lire ici

Sont ensuite intervenus Vincent Peillon pour Ségolène Royal (je pense que Fleur fera un compte-rendu sur son blog?) puis Henri Lombard, militant d'Aix centre, seul militant des Bouches du Rhône à présenter une motion hier. Il s'agissait d'Utopia. Je vous invite d'ailleurs à visiter son blog, sur lequel vous trouverez des choses fort intéressantes sur cette motion.

Bref, une soirée assez exceptionnelle. Je me suis sentie très concernée, lorsque Martine a dit que les militants du PS avaient besoin de rencontrer la politique et que cela passait par un travail collectif. C'est cela que je veux pour mon parti. C'est dans la même direction qu'elle que je veux travailler : construire un parti qui retrouve le goût de travailler ensemble, pour inventer les modèles économiques, sociaux et écologique dont la gauche a besoin pour que les français nous retrouvent.

Chapeau, madame !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

MKL 21/10/2008 11:21

Bonjour Madame,
Ne vous méprenez pas sur le but de mon commentaire, je cherche uniquement à sensibiliser le lecteur sur le problème que je juge n°1 dans notre société : le chômage et la précarité de masse (pour rappel environ 7 millions de chômeurs/rmistes/précaires).
Je n'ai jamais dit que la semaine de 4 jours figurait dans le projet PS ni d'ailleurs dans la motion de B. Hamon. Je dis simplement que la participation du spécialiste de la RTT Pierre Larrouturou va enfin permettre d'ouvrir le débat sur de nouvelles bases.
A toutes fins utiles je rappelle que dès 1998 dans "35h le Double Piège" PL prédisait l'échec des 35h en termes de création d'emplois en masse, et son coût exhorbitant pour la collectivité.
Les pistes que vous mentionnez existent effectivement dans toutes les motions sous diverses formes, mais elles ne tendent toutes qu'à soutenir la croissance, ce qui est évidemment nécessaire mais pas suffisant (j'en parle en connaissance de cause en tant qu'informaticien gros systèmes et au passage je peux vous assurer que la révolution technologique que nous vivons depuis 30 ans est loin d'être terminée, des centaines de milliers d'emplois sont voués à disparaître dans les années qui viennent sans que la mondialisation ni la crise y soient pour quelque chose) .
Pour info, aux USA et en GB, malgré une croissance de + de 4%/an jusqu'au début 2008, le temps de travail moyen constaté hors chômeurs est tombé à respectivement 33,7h/semaine et 32.1 (contre 36,3 en France) ! Dans l’industrie et les services à haute valeur ajoutée, il est de + de 40h/s, mais ne concerne plus qu’à peine les 2/3 des emplois, le reste de la population active n’a droit qu’à des petits boulots de quelques heures/s. Et cette précarité est elle-même due à l’explosion de la productivité réalisée en 45 ans : multipliée par 5 (informatique, robotique, formation), alors que durant les 150 années pécédentes elle n’a été multipliée que par 2 ! Dans le même temps (45 ans donc) la durée légale de travail hebdomadaire est restée en gros partout à 40h/s. Le temps de travail a donc été réparti de manière anarchique par le marché, entre d’une part ceux qui font jusqu’à 70h/s (et qui aimeraient faire moins pour la plupart), ceux qui ne récupèrent que les "miettes" de quelques h/s et enfin les chômeurs qui font 0h/s.
En France, les centaines de milliers d'emplois créés ces dernières années sont pour la plupart des emplois aidés et à temps partiel, alimentant par wagons entiers l'armée de précaires que notre société produit à la chaîne depuis 2 décennies...
Dans de telles conditions, par peur de basculer du "mauvais côté", la négociation salariale ne se résume souvent qu’à un : "Si t’es pas content tu peux aller voir ailleurs" !
Je suis d'accord avec les mesures concernant l'investissement dans la recherche (les USA investissent + que nous), dans l'aide aux PME, la formation, le développement durable etc...et de manière générale dans tout ce qui favorisera la croissance, mais encore une fois ça ne suffira pas.
Ce n'est plus de pistes dont nous avons besoin mais d'un électrochoc !
Pour revenir à la semaine de 4 jours, cette mesure est difficile à "caser dans la conversation" tant elle paraît utopique dans le contexte de matracage idéologique actuel.
Alors juste quelques exemples : Mamie Nova, Télérama, Fleury Michon et 400 pme sont à 4j depuis + de 10 ans et cartonnent (gains de motivation, moins de fatigue /stress, meilleur équilibre vie pro/vie perso => compétitivité de l'entreprise augmentée!)
Le but du collectif Nouvelle Gauche animé par Pierre Larrouturou est surtout d'en finir une fois pour toutes avec le musellement du débat militant par quelques pesonnalités à la tête du PS !
Bon courage à vous en tout cas.
http://nouvellegauche.fr

MKL 19/10/2008 16:13

Petit rappel : le PS n'a pas gagné d'élection présidentielle depuis 20 ans !
Et sur les 15 dernières élections en Europe où étaient engagés des sociaux-démocrates, 13 ont été perdues...
Donc finalement peu importe quelle motion arrivera en tête, si le projet résultant n'est ni novateur ni crédible, le PS échouera une nouvelle fois aux prochaines élections nationales !
L'un des principaux manques commun aux projets Royal/Aubry/Delanoë, est qu'aucun n'a de solution pour s'attaquer de front au fléau n°1 qui ronge notre société depuis 25 ans : le chômage et la précarité de masse, dont découlent bon nombre d'autres problèmes : explosion des déficits sociaux, stagnation des salaires, baisse des retraites, consommation et croissance en berne, détérioration des rapports familiaux et humains en général, augmentation de la violence et délinquance (même si ce n'est pas la seule cause), etc...
Tous misent sur le retour de la croissance, alors que depuis 30 ans (de mesures en sa faveur) elle n'a jamais dépassé les 3%/an, qu'il faut au minimum 3.6% pour créer de nombreux "vrais" emplois et que la France est en train d'entrer en récession !
Le seul projet réaliste sur ce plan est celui de B. Hamon, en particulier grâce au ralliement de Pierre Larrouturou qui va permettre de lancer un vrai débat sur la RTT.
Son concept de semaine de 4 jours à la carte qui est expérimentée depuis 14 ans dans 400 PME et sa généralisation créerait au minimum 1.6 million d'emplois en CDI, sans 1 ct d'augmentation des impôts des contribuables ni des charges des entreprises (étude Ministère du Travail/Caisse des dépôts)...
Le cercle vertueux attendu est : 1,6 million d'emplois stables créés => 1.6 million de familles retrouvant un réel pouvoir d'achat => + de consommation et de cotisations sociales=> + de croissance et - de déficits => encore moins de chômage et de précarité => rééquilibrage du rapport de force entre salariés/employeurs => augmentation globale des salaires et donc du pouvoir d'achat pour tous.
Ce type de mesures radicales doit absolument figurer dans le projet final du PS, sans quoi la défaite nous guettera, encore et toujours.
Nous ne sommes pas en concurrence les uns contre les autres mais tous ensemble contre une droite qui malgré la démonstration cuisante de l'échec de ses valeurs, reste toujours présente et dangereuse, usant et abusant d'une démagogie sans limite.
Pour un Parti Socialiste de gouvernance !
http://nouvellegauche.fr

Gaëlle Lenfant 20/10/2008 09:39


Bonjour MKL,

Entièrement d'accord avec vous : il est nécessaire que le Parti Socialiste soit novateur, tant dans ses projets que, et c'est un ajout à vos arguments, que dans ses méthodes de travail.
Les solutions dont vous parlez, nous ne pourrons non seulement les inventer mais aussi les expliquer, les faire connaître, que si nous retrouvons le goût du travail collectif, de l'argumentation,
au lieu de celui de l'individualisme et des invectives.
Vous semblez placer la motion que vous soutenez contre toutes les autres. (La motion C a raison, les autres ont tort). Mais vous soubliez deux choses : la première peut sembler anecdotique mais
démontre tout de même la dérive médiatique sondagière dans notre Parti : il y a 6 motions en lice, vous n'en citez que 4. (je vous invite au moins à lire le texte d'Utopia sur la place du travail
dans notre société)
La deuxième, c'est qu'avant de critiquer des textes, il vaut mieux les avoir lu. Parce que chacun propose des pistes aux problèmes que vous évoquez. (je rappelle que l'objectif d'un congrès n'est
pas de construire un programme mais une ligne de politique générale)
De plus, comme vous le savez sûrement, je soutiens pour ma part la motion dont la 1ère signataire est Martine Aubry (et non Royak/Aubry/Delanoë : il y a là 3 motions (et non projets)
différentes) et je vous trouve assez culotté de parler de semaine des 4 jours (ce qui est à la base le projet du Parti Socialiste, et non pas celui d'un simple individu) sans évoquer tout le
travail qu'a accompli Martine Aubry lorsqu'elle était au gouvernement : 35 heures, CMU, emploi-jeunes... Elle a prouvé par ses mesures, par son action, par sa volonté, par son engagement qu'elle
savait et pouvait faire évoluer notre Parti et ses valeurs dans le monde du 21eme siècle.
Si vous souhaitez, comme vous le dites, que les socialistes soient tous ensemble, il va falloir dès maintenant apprendre à reconnaître la valeur de chacun et non pas d'un seul. C'est cela qui fait
la force d'un collectif, non ?

Bien à vous,

Gaëlle Lenfant


Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste