25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 14:15

PARIS, 25 nov 2008 (AFP) - Les ténors socialistes Martine Aubry et Benoît Hamon sont venus apporter un soutien remarqué aux salariés de l'audiovisuel public qui manifestent mardi contre le projet de loi réformant leur secteur.

Ce projet de loi, que l'Assemblée examine mardi après-midi, "c'est peu à peu la mise sous tutelle de l'audiovisuel et la fin de l'indépendance, par l'absence de moyens au profit de télévisions privées", a estimé Martine Aubry devant des journalistes, au pied de la Tour Eiffel, au départ de la manifestation appelée par l'intersyndicale de l'audiovisuel public.

"Il a fallu attendre 1981 pour obtenir" l'indépendance de l'audiovisuel public. "On ne va pas revenir aux années Poniatowski, c'est l'inverse absolu de ce que font toutes les grandes démocraties", a-t-elle poursuivi.

"Il va falloir exploiter toutes les fenêtres de tir dans le travail parlementaire pour détricoter ce projet désolant", a renchéri de son côté Benoît Hamon, venu "en tant que téléspectateur, citoyen et attaché au service public". "Ce qui est en train de se préparer, c'est la casse du service public", a-t-il poursuivi, fustigeant "des restructurations qui amèneront à des suppressions de postes" dans l'audiovisuel public.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

rachid 27/11/2008 13:09

Bonjour à vous,
Je m'invite dans votre espace.
Mais avant tout, Bravo pour votre blog.

Ausi j'avais envie de réagir à votre article:


Le retour des copains et des coquins

La télévision et les radios publiques en grève ? Cela n’était pas arrivé depuis longtemps. Mais le contexte dans lequel l’Assemblée nationale examine le nouveau projet de loi sur l’audiovisuel n’invite pas à l’optimisme. On le sait, en janvier dernier, sans aucune concertation, Nicolas Sarkozy avait annoncé à la stupeur générale que la publicité serait supprimée sur les chaînes publiques. Bien sûr, l’idée n’est pas une mauvaise idée en soi. Elle aurait même pu faire l’unanimité à gauche comme à droite si les intentions du gouvernement étaient pures. Mais hélas, on a quand même l’impression qu’il s’agit plus de faire des cadeaux aux amis du président (Martin Bouygues par exemple) que de songer au bien-être du téléspectateur. TF1 n’avait-il pas déjà engagé un lobbying sur la question ? Lobbying réussi. On en veut pour preuve la célérité qu’ont mise les affairistes et néanmoins députés de l’UMP pour diviser par deux les taxes que les chaînes privées devaient verser pour financer la télévision publique. Curieuse façon de défendre l’intérêt général ! Si le gouvernement commence à faire le contraire de ce qu’il avait annoncé, les journalistes ont quelques raisons de s’inquiéter. Et puis, où le gouvernement va-t-il aller trouver le pognon pour le financement de l’audiovisuel public ? Ce n’est pas tout. La suppression de la pub devait permettre de commencer les programmes de soirée plus tôt. Or, six députés de la majorité ont déposé des amendements afin que l’espace libéré par les publicités serve à diffuser des spots sur l’éducation sanitaire, l’instruction civique, le développement durable etc. Par souci d’éduquer le citoyen ? Ayant mauvais esprit, je penche plutôt pour une volonté de retarder la diffusion des programmes des télévisions publiques afin de ne pas concurrencer les chaînes privées. France télévision pourra-t-elle résister à l’entreprise de démolition des copains des médias et des coquins de l’UMP ?
C’est la question.

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste