21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 08:50

Lorsque Nicolas Sarkozy a été élu, souvenez vous comme il s'était empressé de rendre visite au clan Bush... Même 'l'angine blanche" de son épouse d'alors ne l'avait pas empêché de participer à un barbecue. Les joggings du matin se faisaient à la gloire de la NYPD, il n'y avait pas d'adjectif assez fort pour dire au 43eme président des Etats-Unis toute l'admiration de l'omniprésident français pour les USA vesion Bush.

Alors qu'Obama terminait à peine son discours, Sarkozy s'empressait de lui envoyer une lettre de félicitations. Mais à écouter ce discours d'investiture d'Obama, hier, je me disais que ces deux hommes étaient l'opposé l'un de l'autre (et que Sarkozy ne doit pas être enchanté du départ de Bush) : l'un fustige la société du paraître, l'autre s'y complaît. L'un prône le travail collectif pour la renaissance d'un pays, et l'on mesure mieux, à écouter Obama, la vacuité du slogan "travailler plus pour gagner plus".

Mais surtout, l'un tend vers l'unité d'un pays quand l'autre le divise tant et plus. Dernière en date, la crise politique née de la réaction ahurissante du Président de l'Assemblée Nationale Bernard Accoyer.

Hier, dans l'hémicycle, il était question du projet de loi organique sur la procédure parlementaire. Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que le Président fait pression sur les parlementaires (et notamment sur Accoyer) pour que l'article 13 de ce projet de loi, qui prévoit qu'une fois un certain laps de temps écoulé "les amendements déposés par les membres du Parlement peuvent être mis aux voix sans discussion" soit rapidement voté.

 

Jean-Marc Ayrault, président du groupe SRC a rencontré la semaine dernière Bernard Accoyer, accompagné de Mermaz, Fabius et Emmanuelli (tous trois ayant été présidents de l'Assemblée Nationale) pour lui dire que si l'article 13 était retiré, alors le groupe SRC pourrait envisager favorablement le texte. L'UMP a refusé.

Laurent Fabius le rappelait samedi dernier :

"Les grandes lois de l'histoire, la loi sur les associations, la loi sur la presse, on a mis non pas des semaines mais des mois et même des années pour les examiner et les voter. Le temps est un élément constitutif de la démocratie. Or l'essentiel du projet de loi, contenu dans l'article 13, c'est que l'Assemblée nationale n'aura plus que quelques jours pour se prononcer et que tout ce qui ira contre sera présenté comme une obstruction. C'est une conception de l'Assemblée nationale tout à fait contraire à nos institutions."


Et hier, l'attitude du Président de l'Assemblée nationale a dépassé toutes les bornes. Très certainement pressé par Sarkozy, qui souhaite que ce débat passe inaperçu, et soit donc le plus rapide possible, il aurait fallu, allons-y carrément, voter les amendements sans discussion... Incroyable !

Les députés de gauche, mais aussi certains de droite se sont fortement émus de cette situation, et, vous l'avez peut-être vu ou entendu, ont entonné la Marseillaise. Cela n'était pas arrivé depuis 1947 paraît-il...

Le groupe SRC a monté deux vidéos de cette crise politique, je vous invite à les visionner ci-dessous.
Pour plus d'infos, vous pouvez également visiter les blogs de députés socialistes, et par exemple celui de Jean-Jacques Urvoas très complet sur la question.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

hugues vessemont 21/01/2009 22:04

La réaction est impressionnante... elle est bien le reflet du délitement des pratiques parlementaires bousculées par l' autoritarisme compulsif de Sarkozy... La dictature de la majorité, c'est pas la démocratie, c'est l'antichambre du césarisme

claire 21/01/2009 11:18

Merci aux députés de gauche de défendre la démocratie en France !
Bravo !

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste