11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 19:50

Hier après-midi, le groupe SRC posait une question au gouvernement sur le Planning Familial. On aurait pu croire que le gouvernement aurait enfin admis avoir "foiré", mais que nenni... Nadine Morano, après quelques paroles rassurantes ("Madame la députée Catherine Quéré, je tiens, dès à présent, à vous rassurer totalement.") s'est enfermée dans cette histoire hallucinante des 2,9 millions d'euros...

Je vous copie-colle ci-dessous la question et la réponse, lisez-là, ce n'est pas très long et assez instructif (Source) L'explication de la réalité des choses se trouve à la suite.

Planning familial

M. le président. La parole est à Mme Catherine Quéré, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

Mme Catherine Quéré. Monsieur le président, ma question, à laquelle j’associe Pascale Crozon, députée du Rhône, et certaines de mes collègues, s’adresse à M. le Premier ministre.

Dans la situation actuelle, les droits des femmes, acquis de haute lutte grâce au courage de Lucien Neuwirth qui nous a précédés sur ces bancs, me semblent gravement compromis.

La loi Neuwirth de décembre 1967, qui légalise la contraception orale, a profondément changé la vie de millions de couples. Elle a établi l'égalité des femmes et des hommes à mener librement leur vie amoureuse et à en maîtriser les conséquences. Elle consacre pour cela un droit à l'information et à l'éducation sexuelle et reproductive pour tous, mission d'utilité publique exercée en délégation par les associations de conseil conjugal dont, en premier lieu, le Planning familial créé en 1956.

Chaque année, 450 000 de nos concitoyennes et de nos concitoyens ont recours, de plus en plus nombreux, à cette association dont les crédits de « conseil conjugal et familial » sont gravement amputés depuis 2009 et menacés de suppression pure et simple en 2010. Le risque de fermeture du tiers des associations départementales est aujourd'hui une réalité et serait une grave régression pour les jeunes filles, les femmes en grande difficulté sociale ou victimes de violences sexuelles et conjugales, pour qui les centres de planning sont un lieu essentiel d'accueil et d'écoute.

Les défenseurs des droits des femmes voient dans ce désengagement la tentation de revenir en catimini sur un droit essentiel : les dénégations de M. Hortefeux ne les ont nullement rassurés. Ils espèrent obtenir, lors du rendez-vous qu’il leur a donné, des réponses claires et précises.

Alors que les chiffres énoncés la semaine dernière dans cet hémicycle sont contestés par les associations, vos contorsions et tours de passe-passe budgétaires inquiètent (Protestations sur les bancs du groupe UMP) quant à la volonté réelle de l'État d'assumer sa mission et de garantir l'information et l'éducation à la sexualité. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.) Plus de 85 000 de nos concitoyens, signataires de la pétition pour la défense du droit à l'information, à l'éducation et à la sexualité pour tous, partagent aujourd’hui cette inquiétude.

Ma question, monsieur le Premier ministre, est donc simple : que cache votre politique ? Pourquoi avez-vous décidé de l'amputation des crédits de « conseil conjugal et familial » ? Vous engagez-vous devant la représentation nationale à les rétablir pleinement, à les développer et, surtout, à les pérenniser ?

M. le président. La parole est à Mme Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la famille.

Mme Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la famille. Madame la députée Catherine Quéré, je tiens, dès à présent, à vous rassurer totalement. Vous m’avez demandé si nous allions pérenniser le financement du Planning familial : évidemment ! Nous sommes, tout comme vous, attachés à toutes les missions, que vous venez de décrire, du Planning familial. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Je n’y reviendrai donc pas.

Nous allons consacrer 2,9 millions d’euros au Planning familial. Vous le savez, ce financement est réparti entre trois ministères : le ministère de la santé, le secrétariat d’État à la famille et le secrétariat d’État à la solidarité. Roselyne Bachelot-Narquin y consacrera 380 000 euros et Valérie Létard, au titre du droit des femmes, 430 000 euros. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

Je confirme ce que vous a précisé Brice Hortefeux. Les lignes sont fongibles. Nous nous engageons donc, si le besoin s’en fait sentir dans certains territoires, à abonder, en cours d’année, des crédits supplémentaires sur le programme 106

Plusieurs députés du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche. C’est faux !

Mme Nadine Morano, secrétaire d’État. Par ailleurs, Brice Hortefeux et moi-même recevrons, le 19 février prochain, Mme Laurent, présidente nationale du Planning familial. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)

M. Christian Bataille. Sarkozy est un menteur !

Mme Nadine Morano, secrétaire d’État. Madame la députée, alors que vous êtes membre de cette assemblée, vous vous contentez de vous référer à la somme de 1,5 million d’euros, mentionnée dans le document préparatoire du projet de loi de finances. (Protestations sur les bancs du groupe SRC.) Je vous engage à regarder ce qui a été adopté par le Parlement. La somme globale votée s’élève à 2,9 millions d’euros. Renseignez-vous mieux ! Prenez connaissance des travaux du Parlement et vous connaîtrez les montants exacts consacrés aux diverses actions ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)


Qu'en est-il en réalité ?


1) Hortefeux signalait la semaine dernière "Une légère diminution des crédits consacrés au Conseil Conjugal et Familial : 2,2 M€ contre 2,5M€". Or, comme le rappelle d'ailleurs Nadine Morano, la Loi de Finances annonce 1,5 Millions d’euros. Ce chiffre de 2,2 Millions donné par Hortefeux était déjà incohérent.

En outre, même s’il s’agissait effectivement de 2,2 Millions d’euros, cela signifierait tout de même une baisse de 0,3 M€ par rapport à 2008.

 

2)  La ligne budgétaire dont parlait Hortefeux et que reprend Morano ne concerne pas uniquement le MFPF, mais bien l’ensemble des associations relevant de la responsabilité de l’Etat. (le Mouvement Français pour le Planning Familial représente environ 50% de la ligne « Conseil Conjugal ») Même chose pour le programme 106. Admettons qu'il s'agisse de 2,2 M€ au lieu des 1,5 annoncés dans le projet de loi de finances. 2,2/2, cela fait... 1,1M€ non ?
 

3) Enfin, et c’est le plus grave, il y a mélange des sources de financements entre subvention de fonctionnement et programme. C'est ce qu'on appelle mélanger les torchons et les serviettes...

4) Il paraît qu'au total, 2,9 millions d’euros seront affectés au planning familial ?

C’est tout simplement faux. D’une part, le MFPF n’a jamais demandé 430 000€ au titre des droits des femmes, mais 200 000€. D’autre part, le MFPF dans les 2,2 M€ cités précédemment, et dont on a vu qu’ils ne correspondaient à rien, encore une fois, le MFPF n’en reçoit qu’environ la moitié.

 

Il est nécessaire que l’Etat s’engage sur la seule ligne Conseil Conjugal ! Au lieu de cela, nous assistons à une opération trompeuse, qui consiste à laisser penser que le MFPF toucherait des subventions bien plus importantes que ce qu’il n’est en réalité quand en fait, l’Etat se désengage d’une mission d’éducation pourtant primordiale.

 

 

Si l’Etat poursuivait cette voie, alors nous irions vers une discrimination croissante. En effet, la baisse drastique des crédits aux Planning Familiaux signifierait une marchandisation de l’information et l’éducation à la sexualité, et, une fois encore, ce sont les femmes les plus défavorisées qui seront touchées les premières.

 

Françoise Laurant, Présidente du MFPF rencontrera effectivement Hortefeux et Morano le 19 février. Souhaitons que la vérité puisse être rétablie lors de ce rendez-vous...

Et faites passer le lien de la pétition autour de vous ! http://www.planning-familial.org/petition-defense-loi-neuwirth/
(près de 90 000 signatures aujourd'hui !)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste