13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 10:22
Aujourd'hui, il y a une différence de l'ordre de 40% entre les retraites des hommes et celles des femmes, au désavantage, (évidemment) de ces dernières. On en connaît les raisons...Aux femmes la sphère domestique, dont l'éducation des enfants, pour lesquels on interromp ou ralentit sa carrière (+ de 80% des temps partiels sont occupés par des femmes !), aux hommes les sphères extérieures (économique, politique...)

 Selon l'INSEE " Dans les simulations réalisées à l’aide du modèle Destinie, les écarts de pension demeureraient néanmoins importants. Les hommes retraités du secteur privé des générations 1965-1974 percevraient une pension supérieure de plus de moitié à celle des femmes. En effet, si ces dernières participent davantage au marché du travail, leur taux d’activité est encore inférieur à celui des hommes, le temps partiel est fréquent et les disparités salariales perdurent. De plus, les modifications des barèmes des systèmes de retraite auraient aussi joué un rôle dans l’évolution des disparités de pension entre les sexes. En effet, la réduction des écarts aurait été sensiblement plus importante si les réformes de 1993 et de 2003 n’avaient pas été mises en oeuvre."

Or, les femmes bénéficiaient jusqu'à présent d'un avantage qui leur était réservé, la Majoration de Durée d'Assurance, qui permet de gagner jusqu'à 2 annuités par enfant (réservé aux femmes du secteur privé, la MDA du secteur public ayant été réformée en 2003 pour une durée de 6 mois maximum)

La MDA avait été mise en place dans les années 70, d'une part parce qu'elle favorisait la natalité, mais d'autre part, parce que la volonté était de réduire les écarts entre les retraites des femmes et celles des hommes, écarts qui persistent toujours aujourd'hui (voir à ce sujet par exemple le document de l'INSEE déjà cité plus haut)

Un homme ayant élevé ses enfants a porté plainte à la HALDE pour discrimination, réclamant, lui aussi, le droit à la MDA. La cour de cassation lui a donné raison, et lui a accordé la majoration. Une très bonne décision. dont, de prime abord tout le monde devrait se réjouir, n'est-ce pas ? D'abord parce que les hommes sont de plus en plus nombreux à prendre leur rôle de parent à coeur, ensuite parce que la conclusion logique et comptable est qu'en continuant dans cette voie, les inégalités salariales et de retraites entre les femmes et les hommes vont forcément et naturellement se réduire. Logique... non ?

Sauf que...

Sauf que jamais les inégalités femmes hommes ne se sont réduites naturellement. Sauf qu'on est plutôt, actuellement, en phase de recul. Sauf qu'il n'y a toujours pas, en France, d'incitation pour les pères à bénéficier du congé parental. Et qu'égalité ne rime pas forcément avec égalitarisme.

La preuve...

Le gouvernement, qui commence à plancher sur la future nouvelle réforme des retraites, a saisi cette occasion pour signifier qu'il était hors de question que cette mesure puisse être accordée aux hommes comme aux femmes. Et puisqu'ils ont obligation de se plier aux décisions de la justice, le plus simple est de la supprimer... Tout simplement. Plus de MDA.
Le service droits des femmes et de l'égalité, dans sa synthèse en date du 12 août, signale qu'Europe 1 a annoncé le 11 que « la réforme des avantages accordés aux mères de famille en matière de retraite va probablement être mise en oeuvre plus rapidement que prévu ». En effet, selon la radio, « le gouvernement souhaite qu'elle figure dans le projet de budget 2010 de la Sécurité sociale (PLFSS), a-t-on appris mardi dans l'entourage de Xavier Darcos ». « Autrement dit, qu'elle soit votée par le Parlement dès cet automne pour entrer en application le 1er janvier prochain »

Une fois de plus, la droite use d'un prétexte juridique pour renforcer les inégalités, alors qu'une réforme permettant à la fois la réduction de l'écart des retraites entre femmes et hommes,  tout en respectant le principe d'égalité était possible. La droite choisit de balayer cela d'un revers de main, et touche, si cette mesure devait être adoptée, à la politique nataliste de la France, alors même que c'est tout le contraire qu'il faudrait faire si l'on voulait vraiment permettre à la retraite par répartition d'évoluer dans le bon sens !

Ce type de mesure se traduit on ne peut plus concrètement, on a parfois tendance à l'oublier. Les politiques qui sont menées actuellement ont déjà et auront un impact terrible sur la société de demain. On ne peut pas faire comme si l'on ne savait pas. Une prise de conscience citoyenne est absolument nécessaire, les enjeux sont bien trop importants pour que nous l'ignorions. Vous avez une responsabilité, vous aussi, dans ces combats. Ne l'oubliez pas.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste