16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 11:37

Mardi, je participais en tant que Vice-Présidente de la région PACA au lancement officiel de l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS), initié et dirigé par le sociologue Laurent Mucchielli et auquel participe le Conseil régional.

Provence-Alpes-Côte d'Azur est la seule région de France à avoir développé une action à son échelle en matière de justice et de prévention de la délinquance : une convention avec le Ministère de la Justice, outil unanimement reconnu, et notre participation à l’ensemble des Comités locaux de sécurité nous permettent de travailler, en lien avec à la fois l’État et les collectivités territoriales, sur ces questions éminemment importantes. L’observatoire est également une originalité au plan national. Sa création a pour but de pouvoir engager une analyse en continu des phénomènes observés et des réponses apportées, en utilisant pour les méthodes d’objectivation des sciences sociales. 

Ainsi, l’ORDCS proposera non seulement des statistiques sur la délinquance en région, mais également des études sur le sentiment d’insécurité et la victimation. Par le biais de partenariats, il pourra proposer son aide aux collectivités locales de PACA, notamment pour établir des diagnostics ou évaluer les politiques.

En effet, la production de données sociales et l’éclairage de recherches scientifiques s’imposent, non seulement par l’importance des questions que soulèvent la prévention et la sécurité, mais également par un climat politique dans lequel ces questions sont de plus en plus instrumentalisées. L’existence d’une structure indépendante des pouvoirs publics est donc primordiale.

Mais si le soutien de la Région à ce projet s’inscrit dans une politique globale de soutien et d’assistance aux acteurs locaux de la sécurité, la sécurité est et doit rester du domaine régalien de l’État. Malheureusement, force est de constater que, la prévention d’une part, et l’accès au droit d’autre part, sont les parents pauvres d’une politique de sécurité qui a, ces dernières années, tout misé sur le seul volet répressif.

Je souhaite pour ma part que les échéances électorales de 2012 soient enfin l’occasion de remettre à plat ces politiques, par ailleurs inefficaces au regard des chiffres concernant les violences contre les personnes.

 

À voir également:

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans En action
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste