4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 10:01

Ainsi donc, à Aix-en-Provence, les abris de fortunes des bidonvilles des Trois Sautet et de Luynes ont été détruits. Ces baraques, caravanes, cabanes, abritaient des personnes très précaires. Des Roms, en majorité. Que va-t-il se passer pour ces familles, maintenant ? Elles étaient installées là parfois depuis plusieurs années. Elles ne quitteront pas la France. Elles vont pourtant devoir trouver un abri et reconstruiront donc, un peu plus loin, un peu moins bien, avec un peu plus de peur, un peu plus de mal.

Nous sommes en campagne pour le second tour de l'élection présidentielle. Je serai bientôt moi-même en campagne, sur mon nom, pour être élue députée de la Nation. Ce moment n'est donc pas anodin. La question des Roms est une question difficile et, on me l'a répété souvent depuis que je m'y intéresse - c'est à dire depuis le discours de Grenoble - en parler, défendre un point de vue différent de celui qui nous est imposé aujourd'hui par les discours rétrogrades et même parfois inquiétants, est politiquement risqué.

Mais il est des moments où le risque vaut mieux que de faire taire sa conscience, et ses valeurs politiques. J'assume tout ce que j'ai dit, et surtout fait, pour tenter de faire évoluer les choses pour ces familles, et donc pour toutes celles et ceux qui les côtoient, de façon volontaire parce qu'ils sont engagés dans un combat citoyen, ou de façon involontaire, parce qu'ils vivent à proximité sans l'avoir choisi.

En tant que Vice-Présidente de la région PACA, j'ai présenté au vote de l'assemblée régionale la signature d'un protocole d'accord avec des associations, ayant permis, entre autres actions, la construction d'un Espace Solidaire d'Hébergement à Marseille qui a permis à plusieurs familles de sortir des bidonvilles et donc d'aboutir au résultat que tout le monde souhaite : en terminer avec ces camps. Car oui, je le dis clairement, j'ai en commun avec Maryse Joissains et d'autres cet objectif là. Oui, ces camps sont insupportables, pour les familles qui y vivent comme pour ceux qui habitent alentours. Oui, la responsabilité des politiques est de trouver les solutions permettant de sortir de cette situation. Mais non, la solution n'est pas l'expulsion ni l'évacuation. Cela ne sert à rien ! Ces personnes ne vont pas disparaître sur place ! Si les camps d'Aix ont grossi, c'est parce que les évacuations de Marseille ont forci. Demain, à Marseille à nouveau, les familles évacuées d'Aix vont revenir. Et puis ensuite ? Toujours plus de précarité, toujours moins de soins (comment suivre médicalement des personnes, des enfants, que la peur fait se cacher toujours davantage ?), toujours plus de risques et d'insécurité, pour tout le monde.

Une partie de la solution, une grande partie, passe par la concertation responsable de l'ensemble des collectivités, et de l'État. Depuis des mois, je réclame une table ronde réunissant l'État, la Région, le Département, les villes de Marseille et d'Aix, la CUM et la CPA.

Il ne sert à rien de se rejeter les responsabilités. Il faut ensemble prendre la mesure de la situation, pour pouvoir y remédier. Les solutions passent aussi par l'Europe, qui alloue des crédits permettant de mettre en œuvre des actions (je rappelle que la France avait été sévèrement condamnée par le Conseil de l'Europe en 2010). Des opérations innovantes, comme l'Espace Solidaire d'Hébergement fonctionnent. Les enfants sont scolarisés, les familles s'insèrent dans un parcours d'intégration qui leur permet, ensuite, d'évoluer de façon positive. D'autres expériences ont été et sont menées, ailleurs. C'est sur elles que nous devons nous appuyer, sinon, contrairement à ce que certains voudraient nous faire croire, jamais nous ne nous débarasserons des camps. L'archevêque d'Aix ne dit pas autre chose, dans son éditorial du moi ne mai du journal diocésain : "l'expulsion sans recherche de solution ne peut suffire"

Parfois, il faut savoir prendre un chemin un peu escarpé, et voir grand, pour voir mieux comment construire l'avenir. C'est ce chemin là que je veux prendre.

Pour aller plus loin, voir par exemple cet article de Marsactu

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Mes convictions
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste