23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 17:53

La France a une tradition culturelle importante et ancienne, reconnue au delà de nos frontières. Cependant la culture ce n’est pas seulement des œuvres provenant des siècles précédents : la culture c’est aussi la création contemporaine, les œuvres qui se réalisent tous les jours, une matière vivante en perpétuelle évolution. C’est également une ouverture sur le monde, un échange d’émotions, de messages entre les créateurs et leur public, une source d’enrichissement mutuel.

Parler de culture quand on a des convictions de gauche c’est aussi adopter une position politique : c’est faire le choix de soutenir la création, de rendre les œuvres davantage accessibles au plus grand nombre, d’éduquer les plus jeunes au langage artistique.

Mildiou.jpgNicolas Sarkozy sera à Marseille, demain pour présenter ses vœux à la culture. Qu’attendre de ces vœux, sinon le même désintérêt que depuis le début de son quinquennat pour le monde de la culture ?
Car, nul ne peut le nier, le bilan de la droite en matière de politique culturelle est inexistant. Aucune avancée n’a été apportée, que ce soit pour encourager la création ou pour démocratiser l’accès à la culture. Au final pendant ces cinq ans nous n’avons eu droit avec Nicolas Sarkozy qu’à une vision de la culture très « peopolisée », une vision réductrice et déformée, tellement éloignée de la diversité et de la réalité de ce secteur !

La loi Hadopi adoptée par le gouvernement actuel, est symptomatique de l’absence de réflexion concernant la politique culturelle. Je pense, comme François Hollande, que de vouloir opposer les créateurs et leur public est absurde et ne mène à rien. Cette loi est inadaptée, elle sera donc remplacée. Il ne s’agit évidemment pas là de bafouer les droits d’auteurs : je suis persuadée que la rémunération des artistes est nécessaire pour la poursuite de la création. Cependant il faut s’adapter à la révolution numérique que nous connaissons. Ainsi, les deux principes de développer l’offre culturelle légale en simplifiant les droits d’auteurs et d’imposer à tous les acteurs de l’économie numérique une contribution au financement de la création artistique sont bien plus justes que le tout répressif inapplicable et inefficace de la loi Hadopi.

La culture c’est également pour notre Région l’enjeu de « Marseille Provence 2013 ». Au-delà du conflit marseillo-aixois entre les deux maires UMP, il est important de prendre la mesure de ce rendez-vous européen et des retombées possibles pour notre territoire en en faisant un événement populaire et de qualité. Car si le tourisme sera bien évidemment encouragé par Marseille Capitale européenne de la culture 2013, il est nécessaire que cet évènement s’adresse aussi et en premier lieu aux habitants de nos territoires, pour une réelle offre culturelle de proximité et accessible à tous et à toutes. De plus il est important de ne pas oublier que la culture pour un territoire c’est aussi un secteur économique, des emplois, de la richesse créée : un enjeu en matière de développement économique local.

François Hollande avec sa volonté d’écrire  un « acte II de l’exception culturelle française » propose une vraie vision de la culture, loin de celle que nous avons connue avec la droite au pouvoir. Par un soutien à la création, une protection du statut de l’artiste, un plan national d’éducation artistique, une décentralisation de la culture, nous ferons en sorte que la France retrouve une politique culturelle ambitieuse. C’est un de mes vœux pour 2012 !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Mes convictions
commenter cet article

commentaires

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste