7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 22:31
Des millions de Charlie, en France et dans le monde.

Après l’horrible attentat, les odieux assassinats qui ont eu lieu aujourd’hui à l’encontre de Charlie Hebdo, et qui a fait 12 victimes, certains pensaient peut-être tuer Charlie et blesser la France. Il n’en n’est rien.

La France est debout. Unie. Rassemblée sous la bannière de la République et de ses valeurs : Liberté, égalité, fraternité. Et permettez-moi d’y ajouter laïcité. Qu’elle que soit notre croyance ou notre non-croyance nous sommes unis et debout.

« Résister se conjugue toujours au présent » disait Lucie Aubrac. Ce soir, dans des centaines de villes en France comme dans le monde, et à Aix-en-Provence aussi, nous étions là. Pour faire front. Pour lutter. Pour que la liberté d’expression, le droit d’informer, le droit de caricaturer, celui de se moquer, de rire, même mal, puisse perdurer.

Je suis bouleversée par ce terrible attentat. Il y aura un avant et un après, et je n’ignore pas les dangers qui déjà pointent vers nous : stigmatisation, haine, peur, division. Mais j’ai confiance en la France. Confiance en la République qui aide à la résistance comme à la citoyenneté. J’ai confiance parce que je vois que chacun fait sa part. Je l’ai vu ce soir. En quelques heures, le mot est passé, l’heure, le lieu, et l’envie d’être là, d’être ensemble, debout, montre la capacité que nous avons à surmonter les épreuves. Il faudra demain et surtout après-demain bien du courage et de la patience pour apaiser, et continuer de résister par l’écriture, la dérision, et tout autre moyen, sous l’égide de notre République une et indivisible, laïque. J’ai confiance, mais c’est une confiance active dont je fais et ferai preuve.

Ce soir, j’ai mis des bougies à ma fenêtre, une pour chaque victime. 12 bougies. 12 vies enlevées par la violence et la connerie de quelques-uns. 12 bougies, comme un symbole.

Parce que moi aussi, ce soir, je suis Charlie.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans tribune terrorisme
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 20:58
Vœux du groupe « Démocratie pour Aix »

Le groupe d'opposition municipale Démocratie pour Aix présente ses meilleurs vœux aux Aixoises et aux Aixois et vous invite à sa cérémonie de présentation des vœux : samedi 24 janvier 2015 à partir de 11h 20 (rue du Puits-Neuf à Aix-en-Provence).

Merci de confirmer votre présence au 04 42 91 99 31 ou à contact@democratiepouraix.fr

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Aix-en-Provence action
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 14:09

Communiqué commun que je signe avec Hervé Guerrera, conseiller régional et conseiller municipal :

Nous prenons acte du rapprochement annoncé par Europe Écologie-Les Verts et le Front de Gauche pour les élections départementales dans les deux cantons d’Aix-en-Provence. Au-delà d’un positionnement qu’il ne nous appartient pas d’apprécier, nous en appelons, pour notre part, à un rassemblement plus large.

Notre département et notre région sont aujourd’hui menacés par des dérives clientélistes et extrémistes. Les crises, économique, sociale et écologique, sont instrumentalisées par les discours démagogiques d’une extrême-droite trop souvent imitée par la droite.

Pourtant, en Provence, vieille terre d’immigration et d’intégration, nous avons besoin, plus que partout, de refonder le vivre ensemble : il est du devoir de la gauche, des progressistes, démocrates et républicains de prendre, maintenant, leurs responsabilités.

Face à cette situation dangereuse c’est à la gauche, toute la gauche, dans le respect de la diversité de ses composantes, qu’il revient de trouver les voies du rassemblement dès le premier tour. Nous pouvons gagner… à condition d’être ensemble : nous appelons à dépasser les seules logiques de partis pour présenter des candidatures claires d’union de la gauche dès le premier tour des élections départementales à Aix-en-Provence.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans tribune élections gauche
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:21

Communiqué de presse de Fatima Orsatelli et moi-même sur les propos tenus par des élus Front national hier, lors de l'Assemblée plénière du Conseil régional :

Assemblée plénière du Conseil régional : Gaëlle Lenfant et Fatima Orsatelli dénoncent les propos inacceptables tenus par des élus du Front National

« Le Front National a tenu des propos inacceptables au sujet de la délibération présentée par Fatima Orsatelli sur la politique de la ville. Invoquer la tuerie “d'hommes en gestation” au sujet de l'IVG, la “sublimation des différences nécessaire entre hommes et femmes”, évoquer la prétendue théorie du genre, et mépriser la solidarité nationale en divisant les populations de façon provocatrice est profondément choquant » a déclaré Gaëlle Lenfant, Vice-présidente de la Région déléguée à la jeunesse, au Conseil Régional des Jeunes, aux solidarités, à la prévention, la sécurité et à la lutte contre les discriminations.


« Ces propos inqualifiables tenus dans l’hémicycle du Conseil régional font injure aux valeurs de la République. Ces élus qui n’ont de cesse de dresser les Français les uns contre les autres, les hommes contre les femmes, les salariés contre les chômeurs, sont bien loin de la dédiabolisation à laquelle Marine Le Pen tente de nous faire croire. Ils sont bien représentatifs d’un parti qui n’a pour seul programme que la haine et le rejet de l’autre » a indiqué Fatima Orsatelli, Conseillère régionale déléguée à la politique de la ville.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région extrême-droite
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 14:24

La mission d'information sur « La lutte contre l’insécurité sur tout le territoire » dirigée par le député Jean-Pierre Blazy a rendu son rapport en octobre dernier. Il recommande notamment de « développer les enquêtes de victimation au niveau local » et prend comme exemple l'Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS) en région PACA.

Cette reconnaissance à l'Assemblée nationale du travail de l'ORDCS est une nouvelle réjouissante. Cette observatoire, implanté à Aix-en-Provence depuis 2011, a été initié et est dirigé par le chercheur Laurent Mucchielli avec le soutien du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La région PACA est ainsi pionnière en la matière. En effet, et comme le reconnait aujourd'hui le rapport de Jean-Pierre Blazy, l'insécurité est un phénomène complexe face auquel les pouvoirs publics se doivent d'avoir une connaissance de la situation du terrain. Le travail de l'Observatoire régional (en partenariat avec l'Université d'Aix-Marseille et le CNRS), notamment les enquêtes de victimation, est un outil au service de l'État et des collectivités qui souhaitent engager une politique efficace de lutte contre l'insécurité.

Je souhaite que la reconnaissance reçue par Laurent Mucchielli et son équipe inspire la création d'autres observatoires régionaux en France… mais également que les municipalités de notre région qui ne l'ont pas encore fait se saisissent enfin de cet outil local et de qualité qui est à leur disposition !

> Lire le rapport de la mission « Lutte contre l'insécurité sur tout le territoire »

> Le site de l'ORDCS

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région sécurité
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 16:31

Dans le cadre des États généraux du Parti socialiste, j'aurai le plaisir d'accueillir ce vendredi :

Ensemble, nous discuterons des parentalités et de l'égalité réelle entre les femmes et les hommes

Vendredi 14 novembre à 18h
Brasserie Chez Gaby - Pont de l'Arc - Aix-en-Provence

Parentalités : l'égalité réelle entre les femmes et les hommes en question
Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans droits des femmes LGBT action
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 15:33
Labellisation de la candidature FrenchTech d'Aix-Marseille

Le gouvernement a annoncé aujourd'hui que la candidature d'Aix-Marseille avait reçu le label FrenchTech. Il s'agit d'une très bonne nouvelle !

Il y a plus d'un an maintenant, j'avais appelé à ce qu'Aix-en-Provence ne soit pas absente de cette candidature. Les énergies ont été mutualisées et c'est une chance pour l'ensemble des habitants de notre territoire.

Le communiqué de Michel Vauzelle :

Suite à la labellisation de la candidature French Tech d’Aix-Marseille annoncée ce jour par le Gouvernement, Michel Vauzelle, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, tient à féliciter l’ensemble des acteurs qui ont contribué à la réussite de ce projet et à faire part de sa profonde satisfaction.
« J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt le dépôt de la candidature commune des collectivités de l’aire métropolitaine d’Aix-Marseille au dispositif national French Tech. Le préfet de région Michel Cadot et moi-même avions d’ailleurs appelé de nos vœux les territoires et les acteurs concernés à unir leurs efforts pour renforcer leurs chances de succès, avec un accompagnement de cette candidature par nos services respectifs.
J’avais demandé dans ce cadre à ce que l’ensemble des outils et des dispositifs régionaux de soutien à l’innovation et au numérique, et en particulier l’Agence régionale d’innovation et d’internationalisation des entreprises, soit mobilisé.
Le succès de ce projet, après la réussite de Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la culture, démontre une nouvelle fois l’intérêt de mutualiser les énergies et les compétences. Je tiens donc à féliciter l’ensemble des acteurs et particulièrement les partenaires privés qui contribuent, dans la complémentarité, à cette démarche.
Au-delà de son soutien aux entrepreneurs numériques d’Aix-Marseille, la Région veille également à accompagner au mieux les candidatures French Tech de la Côte d’Azur, de Toulon, et celle, plus récente, d’Avignon et Arles. Cette mobilisation entrepreneuriale autour de la French Tech démontre que Provence-Alpes-Côte d'Azur est un territoire fertile d’innovation, de créativité et d’initiatives entrepreneuriales. »

Michel Vauzelle, président de la région PACA

Repost 0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 15:24

Le 15 octobre 2014 est la Journée internationale des droits des femmes rurales. Alors que le gouvernement a annoncé l'organisation prochaine d'assises de la ruralité, cette journée doit permettre de souligner que les inégalités entre les femmes et les hommes sont aussi des inégalités territoriales.

Comme le rappelle la campagne #ÉGAliTER lancée par le Haut Conseil pour l'égalité femmes-hommes, les inégalités sont renforcées en milieu rural :

  • on trouve 39 places d’accueil pour 100 enfants en milieu rural, contre 50 en moyenne nationale ;
  • près de 40 % des femmes actives travaillent à temps partiel en milieu rural, soit 10 points de plus qu’au niveau national ;
  • plus de 60 % des chômeur·se·s de moins de 25 ans sont des femmes en milieu rural, alors qu’au niveau national c’est 50/50 ;
  • il faut 30 minutes en moyenne pour se rendre à une maternité en milieu rural, contre 17 minutes en moyenne au niveau national.

Comme le souligne le Haut Conseil : le développement durable des territoires ruraux ne pourra se faire sans les femmes et sans combattre les inégalités qui pèsent en priorité sur elles. Il est primordial que le Premier ministre inscrive la question des inégalités femmes-hommes à l'ordre du jour des assises de la ruralité et du comité interministériel de l'égalité des territoires.

Les inégalités femmes-hommes sont aussi dans le pré
Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans droits des femmes
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 17:16
Au lendemain des élections sénatoriales…

Au vu du résultat des dernières municipales et de la division de la gauche, le passage à droite du Sénat hier n’est pas une surprise. Mais cette défaite supplémentaire de la gauche n’en est pas moins inquiétante. Elle fragilise en effet le gouvernement qui aurait besoin, au contraire, de confiance.

De plus, dans ce scrutin indirect particulier dans lequel les élu·e·s ne votent pas en tant qu’individus mais représentent leurs électeurs, la question de la légitimité se pose lorsque certains grands électeurs s’affranchissent de leur responsabilité en votant dans l’isoloir pour une ligne politique différente de celle qu’ils affichent au grand jour. Je pense bien sûr à celles et ceux qui ont fait le choix d’élire deux sénateurs Front national en Provence-Alpes-Côte d’Azur, alors que le FN ne disposait pas seul des grands électeurs suffisant pour gagner des sièges. Les frontières entre droite et extrême-droite s’estompent donc ainsi, y compris chez les élus.

Comment analyser, par ailleurs, la décision de formations politiques de gauche de maintenir leurs listes — sachant pourtant fort bien qu’elles ne parviendraient pas à faire élire de sénateur — au risque d’offrir des sièges à la droite ? La crise est, à l’évidence, profonde à gauche. Et je veux ici sincèrement remercier les élu·e·s du Front de gauche et d’Europe-Écologie-Les Verts qui ont choisi d’aider l’unité de la gauche plutôt que la posture, et certainement permis dans les Bouches-du-Rhône l’élection de Samia Ghali. Sans eux, la gauche aurait disparu de la représentation sénatoriale de notre département.

Dans ce département, le constat est à l’image du résultat national.

La porosité entre l’UMP et le FN se vérifiera d’ailleurs encore ce soir, au conseil municipal d’Aix-en-Provence, où Maryse Joissains s’apprête à modifier le règlement intérieur dans le seul but, politique, de permettre au FN de constituer un groupe avec ses trois élu·e·s… alors qu’il y a quelques années elle avait refusé cette même modification pour un groupe de centre-droit.

La crise morale de la politique se confirme : la victoire de Jean-Noël Guérini en est l’exemple. Sorti du PS, il a mené sa campagne non pas sur une ligne politique digne d’un sénateur, ni même sur les valeurs qu’il prétendait défendre jusqu’à récemment, mais sur un pilonnage en règle du gouvernement (bien au-delà de la réforme territoriale d’ailleurs) agrémenté de méthodes clientélistes dont parlent certains élus eux-mêmes, visiblement peu choqués de participer à ce système archaïque et anti-démocratique.

Nous verrons d'ailleurs prochainement si ce système se limite aux seules Bouches-du-Rhône ou s'il s'étend bien au delà : l'État devra indiquer bientôt sa position sur certains dossiers locaux. Restera-t-il muet face aux intérêts et candidats amis de messieurs Guérini et Gaudin ? Jaurès disait « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe » J’espère que le gouvernement, et aussi mon Parti, sauront s’en souvenir...

Il faut retrouver le chemin de la réflexion collective.

La crise de la gauche, la crise de la politique ne faibliront pas tant que certains élus et partis continueront de se regarder le nombril, de manœuvrer ici ou là sur le dos d’électeurs perdus ou en colère au lieu de mener les véritables débats dont notre société a besoin.

Il est temps d’organiser dans notre pays, en résonnance avec les États Généraux qu’organise aujourd’hui le Parti socialiste, des débats publics, accessibles : de véritables agoras politiques et philosophiques (car oui, il nous faut de la réflexion !), populaires, ouvertes sur la jeunesse, la diversité, la culture, la recherche, l’industrie,… Bref, ouvertes sur les réalités du pays.

Il nous faut retrouver une parole et plus qu’une parole, une voie de gauche, une entente non pas entre partis mais une entente entre citoyen·ne·s, sur ce que pourrait être une base commune. Car sans gauche unie, j’en suis convaincue, il n’y a plus de gauche. Sans capacité à dépasser les postures, comme nous savons pourtant le faire dans bien des exécutifs locaux, il n’y a pas moyen de mettre en œuvre ce pour quoi nous luttons de toutes nos forces. Sans position raisonnée dont la question principale doit être en ce moment « comment faire pour que le gouvernement réussisse ? » il y aura échec très durable d’un réformisme progressiste dans ce pays, au niveau national comme sur les territoires. Il y a donc urgence à nous rencontrer, à échanger, à travailler, à imaginer. Et ce « nous » en appelle à toutes celles et ceux, bien au-delà des cercles politiciens, qui souhaitent simplement participer de l’action que chacun-e peut avoir envers la res-publica.

Quatre axes de réflexion me paraissent essentiels :

  • La redistribution : alors que se développe un discours simpliste sur le « ras-le-bol » fiscal, reposons nous la question : qu’est-ce que l’impôt ? Pourquoi ? Pour qui ? Quel modèle fiscal devons ou pouvons nous construire ?

  • Le service public et le modèle social : à l’aune des changements sociaux et sociétaux que nous connaissons, quel est le rôle de l’État pour protéger les citoyen·ne·s ?

  • L’économie : à l’heure de la mondialisation, qu’est-ce qu’une politique économique de gauche, qui fonctionne pour le plus grand nombre ?

  • Notre identité républicaine et démocratique : comment redéfinir nos valeurs communes au XXIe siècle ? Quels liens entre les citoyen·ne·s et la chose publique ?

Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 05:56

L'assassinat d'Hervé Gourdel est ignoble. La lâcheté et la haine qui l'ont permis sont terribles.

Voici la déclaration de Michel Vauzelle à propos de cet acte :

« Notre compatriote Hervé Gourdel a été assassiné. Les mots de type traditionnel de “lâche assassinat d’un innocent” sont désormais déplacés. Nous devons d’abord penser à cette personne tuée parce qu’elle aimait cette terre d’Algérie où elle venait en promeneur pacifique. Nous devons ensuite penser à sa famille et aux siens pour lesquels l’image ou seulement l’idée du meurtre d’un être cher est insupportable et leur dire notre respect et notre affection. Nous devons enfin penser à ceux de notre peuple qui maintenant ont peur.

Nous devons nous défendre. C’est ce que fait le président de la République et l’armée française en Irak et au Sahel. C’est ce que fait le gouvernement avec la police, la gendarmerie et les magistrats contre le terrorisme chez nous.

Mais, si cette politique immédiate est nécessaire, elle n’est pas suffisante. Il faut aussi avoir une politique pour notre avenir en Méditerranée. On me demande à quoi sert la Villa Méditerranée à Marseille ? Elle sert et va servir à réduire deux déséquilibres maintenant insupportables sous peine de livrer l’Europe à l’extrême droite et les pays du sud à l’intégrisme. Déséquilibre entre la guerre en Orient, la caricature de l’Islam et des peuples arabes colportée en Europe, et tout le travail de coopération positive actuellement réalisé en méditerranée, notamment par notre Région. Déséquilibre entre un monde européen écrasé par la logique financière et des jeunesses méditerranéennes, du nord et du sud, qui sont révoltées parce qu’elles ont le sentiment d’être abandonnées sans défense au mal-être et au mal-vivre.

Pour la France en danger de racisme et de violence, Marseille doit prendre la parole. Elle en a l’opportunité. »

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans terrorisme tribune région
commenter cet article

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste