17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 11:01

En 2012, j’avais viré en tête du 1er tour. Dans cette circonscription particulièrement marquée à droite, où François Hollande n’avait obtenu que 43% des voix, nous n’avions perdu l’élection qu’à quelques centaines de suffrages, à la surprise générale. Depuis, sur ce territoire, la droite comme la gauche n’ont cessé de perdre des voix et l’extrême droite d’en gagner. 

En 2017, nous avons une responsabilité : faire vivre nos idéaux

Pour cela, nous devons nous donner les moyens de la victoire. Pourtant, je constate que les candidatures de gauche se multiplient : hormis la mienne, étiquetée Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti de gauche, le Parti radical de gauche et une candidate sans étiquette se sont déjà déclaré·e·s. EELV ne saurait tarder. Quant aux soutiens d’Emmanuel Macron, j’entends dire qu’ils auraient plusieurs candidat·e·s potentiel·le·s.

Il est temps de savoir ce que nous voulons vraiment : rester sur les méthodes du passé qui ont fait tant de mal à la gauche en nous tournant le dos les uns les autres, sans discussion possible parce qu’il s’agit d’une élection nationale et que « ce sont les partis qui décident, nous, localement on est désolés mais on ne peut rien faire » ou bien changer notre regard. Nous voir. Discuter. Mettre en balance ce qui nous rassemble sur ce territoire par rapport à ce qui nous divise. Et faire en sorte de ne pas apporter l’élection sur un plateau à la droite ou à l’extrême droite. Ne nous berçons pas d’illusions : dans cette configuration de candidatures multiples, la gauche sera atomisée dès le premier tour. 

Derrière ces candidatures se cache parfois la volonté de voir disparaitre le Parti socialiste. Alors qu’en réalité nous construisons notre disparition collective. La disparition de la gauche. De nos idéaux, de nos valeurs, de nos combats, de ceux de nos anciens. Nous avons oublié pourquoi nous faisons de la politique. Nous préférons voir gagner ceux qui portent des idées qui vont à l’encontre des nôtres, voire même des idées qui nous répugnent, seulement parce que nous sommes incapables de voir que nos convergences sont plus fortes que nos divergences. Comment pouvons-nous donner envie aux gens de gauche de voter si nous ne sommes pas capables de nous montrer responsables vis-à-vis d’eux ? 

En nous divisant, nous nous perdons nous-mêmes

Face à ce constat, j’en appelle solennellement à une réunion de l’ensemble des partis, courants, personnes et personnalités concernés. Ensemble, mettons sur la table ce que nous voulons vraiment. Ensemble construisons nos candidatures, dans le respect de chaque tendance, de chaque parti, mais sans oublier le principal : mieux vaut gagner ensemble que de tout perdre seul.

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:57

Les 22 et 29 janvier prochain auront lieu les primaires de la gauche. Tout électeur, toute électrice peut aller voter, moyennant 1€ de participation et la signature d'une charte des valeurs de la gauche et des écologistes. Comme vous le savez maintenant, je me suis personnellement engagée dans cette campagne en soutenant la candidature d'Arnaud Montebourg. Mais quel que soit votre candidat.e, je vous invite à venir exprimer votre choix : vous serez ainsi acteur de la victoire la gauche en 2017 !

Pour trouver votre bureau de vote :

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 18:35

Chaque année qui passe porte son lot de bonheurs et de tristesses. Il en est certaines plus lourdes que d’autres et 2016 aura été de celles-là. Attentats, guerres, famines, montée des racismes… Non, le monde ne va pas bien. J’en appelais l’an dernier à la raison, mais il faut se rendre à l’évidence : mon appel n’a pas été entendu. L’élection de Trump aux États-Unis ou le Brexit montrent que l’on est plus prêts de la folie que de la raison. En France, ce sont des motions anti-migrants qui fleurissent et les dérives racistes qui se multiplient. À Aix-en-Provence, Maryse Joissains donne régulièrement raison à l’extrême droite, supprimant une subvention par-ci, votant une charte de la laïcité rejetée par le tribunal administratif tant le texte posait problème par-là… Chez nous aussi 2016 aura été ponctuée d’actes et de visions populistes et parfois surréalistes. 

La droite extrême désormais au pouvoir dans notre Région PACA agit dans le même sens. Ces dernières semaines ont été particulièrement terribles : outre l’odieuse motion anti-migrants, le Président de Région a fait voter la suppression d’un dispositif de formation pour jeunes en difficulté, dont certains sous main de justice, certains fichés « S », qui ne seront donc plus encadrés. Il est aussi allé soutenir Netanyahu et son gouvernement contredisant en cela la position diplomatique française et européenne. Pire, il a annoncé le don de 50 000 € à un organisme accusé de participer à la colonisation des territoires Palestiniens. Ces quelques exemples montrent, s’il en était besoin, les dangers que représente une droite toujours plus tournée vers ses extrêmes, toujours plus démagogique et populiste.

2017 sera une année cruciale parce qu’elle portera au pouvoir un nouveau ou une nouvelle président.e de la République, un nouveau gouvernement, une nouvelle Assemblée nationale. Le choix des Français-e-s aura des conséquences importantes sur l’avenir de notre pays. « Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l’ignorance », écrivait Camus dans La Peste. Le premier vœux que je formule pour 2017 est que les écrans de fumée posés ici ou là par ceux qui cherchent à accéder au pouvoir par tous les moyens n’abusent pas nos concitoyen.ne.s. Que nous ayons la lucidité de regarder au-delà des discours et des images de télévision bien lissées pour voir la réalité des programmes et des projets. Quelle France voulons-nous ? Pour ma part, je souhaite qu’elle porte les valeurs pour lesquelles je me bats chaque jour, dans ma vie d’élue et de militante, mais aussi dans ma vie personnelle, ma vie de femme, de mère, de fille, d’amie… C’est à chaque instant, à chaque rencontre, à chaque partage que par nos paroles comme par nos actes nous pouvons savoir qui nous sommes et quelle direction nous voulons prendre. Je ne renoncerai jamais à la solidarité, au partage, à l’égalité, ni à la liberté de tous comme de chacun. Je suis de gauche. Viscéralement de gauche. Je sais vos doutes, vos lassitudes aussi, parce que vous me les dites souvent lorsque je vous rencontre. Mais au fond, vous ne doutez pas de la justesse de vos valeurs, vous qui comme moi pensez que nous devons nous tourner vers un avenir de gauche. C’est la capacité de tel ou tel à faire vivre vos rêves dont vous doutez. Et ce serait vous mentir que de vous dire que je ne partage pas ces doutes, parfois. Mais douter n’est pas renoncer. Nous avons des primaires de la gauche les 22 et 29 janvier. J’ai choisi de soutenir la candidature d’Arnaud Montebourg, parce qu’il me semble être le meilleur pour diriger la France. Il pourra nous conduire vers cette société plus juste, plus progressiste, plus humaine. Mais un homme, si exceptionnel soit-il, ne peut changer le cours des choses s’il est seul. Voilà pourquoi mon deuxième vœu est que chacune et chacun d’entre vous comprennent la puissance qui réside en chaque individu. Croyez en vous. En ce que vous êtes. En ce que vous faites. Battez-vous pour vos idées, faites grandir vos rêves ! Ensemble, nous pouvons construire une France qui nous ressemble. Je pense particulièrement à toutes celles et tous ceux qui souffrent plus que d’autres. Parce qu’ils n’ont pas d’emploi, pas de logement, parce qu’ils sont dans la solitude, dans la maladie, dans la souffrance pour quelque raison que ce soit. C’est pour elles et eux, surtout, que je veux une France qui renforcerait la solidarité, qui redistribuerait mieux les richesses, qui repenserait l’organisation du travail. C’est pour cela que je me suis engagée dans le soutien d’un candidat aux primaires de la gauche. La victoire d’Arnaud Montebourg lors des prochaines présidentielles est mon troisième vœu.

Bonne année à tous et toutes.

Je vous souhaite aussi des milliers de bulles de bonheurs dans vos vies.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans tribune Mes convictions
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 21:44

Les 22 et 29 janvier prochains aura lieu la primaire organisée par le Parti Socialiste et ses alliés. Ce sera une étape très importante de notre vie démocratique et bien entendu j’y porte une attention particulière. Les sept candidats sont désormais connus. J’ai regardé attentivement les propositions existantes pour l’heure. D’autres viendront sans doute alimenter les débats d’ici les prochaines semaines. Mais j’ai d’ores et déjà fait mon choix.

J’ai décidé de rejoindre le projet France d’Arnaud Montebourg.

La vision qu’il a de la France, de la nécessité de construire pour les gens et d’impliquer tous les citoyens dans la politique me paraît fondamentale.

Son affirmation des valeurs de la gauche et la force qui se dégage de sa volonté de leur donner corps sont pour moi essentielles.

J’ai, il est vrai, regardé attentivement le projet de Benoît Hamon avant de prendre ma décision. Leurs propositions se rejoignent sur bien des points. Mais il y a aussi des divergences, et parmi elles la question du revenu universel. Sur le fond, cette idée est une des meilleures que la gauche ait pu produire. Mais je pense qu’elle est concrètement irréalisable sans donner lieu à la suppression des aides sociales modulées telles que nous les connaissons. Cela aboutirait donc à plus d’injustice, quand l’idée de départ est tout à fait autre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si de nombreuses personnalités politiques de droite se réclament aujourd’hui du revenu universel. Parfois, lorsqu’une idée est bonne mais que le contexte va forcément la dénaturer, il faut savoir l’abandonner.

J’aurai l’occasion, dans les prochaines semaines, de développer les points qui me paraissent les plus essentiels du programme proposé par Arnaud Montebourg et notamment son rapport à la mondialisation.

Mais je tenais, avant d’entrer dans la période dite de la trêve des confiseurs, à vous donner ma position. Elle est mûrement réfléchie, croyez-le bien. Et j’en débattrai volontiers avec vous au travers de commentaires sur les réseaux sociaux ou lors des débats auxquels je ne manquerai pas de participer.

D’ici là, je vous souhaite, à vous et vos familles, de très  belles fêtes de fin d’année.

 

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 17:29
Nous avons assisté à plusieurs reprises en conseil municipal à la démonstration de la porosité entre droite et extrême-droite... Mais la séance du 13 décembre a surpassé les précédentes : on en vient à se demander qui gouverne vraiment Aix-en-Provence. Maryse Joissains ou le FN ?
 
Certes, la « motion anti-migrants » présentée par un élu FN n’a pas été soumise au vote... Ne croyez pas cependant que Maryse Joissains ait soudain changé d’avis sur la question. Non. Les propos de son premier adjoint sur le martyre des Aixois, et cette phrase indécente « c'est exactement la même chose qu'à Alep. Au lieu de recevoir des balles on reçoit des feuilles d'impôt » peuvent d’ailleurs nous en convaincre. Non, la raison est plus simple : la maire, Maryse Joissains, préfère le texte de son ami Christian Estrosi présenté et voté le 3 novembre dernier au conseil régional.
 
Mais à plusieurs reprises, ce sont les élu·e·s d’extrême-droite qui ont dicté à la maire ses décisions. Ainsi, Josyane Solari a de nouveau jugé nécessaire de jeter l’opprobre sur trois associations aixoises, toujours les mêmes et toujours pour la simple raison qu’elles comportent « maghrébin » ou « étranger » dans leur objet. Nous ne sommes certes pas surpris que Mme Solari se contente de ce raisonnement sans rien connaitre du travail réel des associations dans notre ville. Ce qui devient en revanche très inquiétant est que Maryse Joissains reprenne à son compte ces propos en demandant à ce qu’on vérifie que ces associations ne soient pas « anti-
françaises ». Ajoutant le ridicule à l’idiotie, quand la propre majorité rappelle à la maire que les associations subventionnées par la ville font déjà l’objet d’un contrôle des services de la mairie, quand je souligne qu’elles sont soutenues par l’État, le département, la région et la CAF dans le cadre du contrat de ville, Maryse Joissains demande alors à ce qu’on procède à... un audit externe. On se demande bien pourquoi les services de la ville et ceux des autres collectivités seraient fiables pour toutes les associations sauf ces trois-là...
 
Seconde convergence pendant la séance lorsque Josyane Solari — toujours elle — demande à ce que l’on retire une subvention de 4000 € au centre social Albert-Camus. Rien de très original a priori quand on connait la façon dont les municipalités FN gère les structures sociales. Mais, surprise !, Maryse Joissains a décidé... d’obéir à Mme Solari et a demandé à retirer ces 4000 € du contrat de ville. Le centre social, qui se trouve à Corsy et accueille au quotidien des Aixois·e·s en situation de précarité malgré des moyens déjà maigres, se retrouve ainsi amputé de 4000€ sur une injonction... de l’extrême-droite. Qui seront les suivants ?
Repost 0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 09:07

Le parti « Les Républicains » organise les 20 et 27 novembre une primaire pour désigner son/sa candidat·e à l'élection présidentielle.

Malheureusement, là où les socialistes avaient été extrêmement scrupuleux·ses en 2011 à n'utiliser que les moyens de leur parti pour cet exercice, nous voyons qu'il n'en est pas de même pour la droite qui confond les moyens du parti et les moyens publics.

Nous avons ainsi constaté que la municipalité d'Aix renseigne les électeur·trice·s sur cette primaire ou encore que la permanence parlementaire de M. Christian Kert est utilisée pour l'organisation du scrutin.

Ceci n'est pas normal et pas légal : avec Cyril Di Méo nous avons donc saisi le sous-préfet.

Courrier envoyé au sous-préfet concernant l'organisation de la primaire « Les Républicains » à Aix

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans action Aix-en-Provence
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 10:00

En novembre 2015, alors vice-présidente du conseil régional, j'avais participé à l'organisation par la région PACA, en lien avec la Justice et les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, à l'organisation de deux procès fictifs.

Ces procès se sont tenus au tribunal de commerce de Marseille, devant une salle comble. Patric Jean, producteur et réalisateur, a permis que ces moments ne tombent pas dans l'oubli. Le film réalisé avait vocation à être diffusé largement dans les lycées, les établissements de santé, auprès de la justice, de la police, des associations… La nouvelle majorité régionale dirigée par Christian Estrosi a malheureusement enterré ce projet

Néanmoins, le film existe ! Il sera diffusé le 23 novembre à la Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône. Cette soirée vous permettra également d'échanger avec son réalisateur.

« Affaire privée », un documentaire sur les violences conjugales
Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région droits des femmes action
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 11:54

Cher·e·s ami·e·s,

Comme vous le savez certainement, j'organise de temps en temps « un café chez Rafik ». Temps informel d'échange et de partage, au cœur du Jas-de-Bouffan à Aix. Ces moments permettent à qui le souhaite d'exposer ses revendications, ses idées, en toute liberté.

Je vous invite à nous rejoindre

samedi 19 novembre à partir de 10h30
autour de quelques croissants et d'un café, au snack Chez Rafik
rue Charloun Rieu (centre commercial en proximité de la mairie annexe) à Aix-en-Provence

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans Aix-en-Provence En action
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 20:46

Ce mercredi 9 novembre, je reçois par courriel plusieurs documents et compte-rendude groupes de travail dans le cadre de la “conférence régionale consultative” (CRC). Parmi eux, le compte-rendu de la conférence des présidents de groupe du 4 novembre 2016. Quelle est alors ma surprise d’y lire les propos du représentant de gauche Christophe Madrolle indiquant qu’il souhaite “œuvrer pour l’intérêt général” tout en participant au consensus du groupe de travail pour choisir comme thématique de la CRC “la problématique de l’Europe à travers les fonds européens”.

Je constate (sans surprise…) et d’autres membres de la CRC avec moi, que cette instance mise en place par Christian Estrosi se révèle depuis plusieurs mois n’être qu’un écran de fumée.

Mais je ne peux pas accepter que les représentant·e·s de la gauche au sein de cette instance ne saisissent pas la faible marge de manœuvre existante pour aborder des sujets politiques. Alors même que le 3 novembre dernier, le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur adoptait à l’initiative de son président une motion hostile aux migrant·e·s, inspirée et approuvée par l’extrême-droite, et condamnée par l’Union régionale du Parti socialiste et Christophe Castaner, comment accepter de voir toute discussion avec la majorité se réduire à des sujets de “consensus” ?

C’est dans le débat que vit la démocratie. Alors même que la droite régionale choisit sans vergogne de reprendre à son compte le discours xénophobe de l’extrême-droite, se contraindre à n’aborder que des sujets techniques apparaît comme une capitulation.

Je démissionne donc de mon siège au sein de cette conférence régionale : je ne saurais, par ma présence, sembler cautionner les manipulations de M. Estrosi qui d’un côté fait semblant de dialoguer avec la gauche à qui il doit sa victoire et de l’autre réalise une alliance de fond avec le FN.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région action
commenter cet article
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 21:01

Cher·e·s ami·e·s,

J'organise de temps en temps « un café chez Rafik » : un temps informel d'échange et de partage, au cœur du Jas-de-Bouffan à Aix. Ces moments permettent à qui le souhaite d'exposer ses revendications, ses idées, en toute liberté.

Je vous invite donc à nous rejoindre samedi 5 novembre, à partir de 9h30 autour de quelques croissants et d'un café au
snack Chez Rafik
rue Charloun Rieu (centre commercial en proximité de la mairie annexe)
Aix-en-Provence

À samedi !

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant
commenter cet article

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste