16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 17:29
Nous avons assisté à plusieurs reprises en conseil municipal à la démonstration de la porosité entre droite et extrême-droite... Mais la séance du 13 décembre a surpassé les précédentes : on en vient à se demander qui gouverne vraiment Aix-en-Provence. Maryse Joissains ou le FN ?
 
Certes, la « motion anti-migrants » présentée par un élu FN n’a pas été soumise au vote... Ne croyez pas cependant que Maryse Joissains ait soudain changé d’avis sur la question. Non. Les propos de son premier adjoint sur le martyre des Aixois, et cette phrase indécente « c'est exactement la même chose qu'à Alep. Au lieu de recevoir des balles on reçoit des feuilles d'impôt » peuvent d’ailleurs nous en convaincre. Non, la raison est plus simple : la maire, Maryse Joissains, préfère le texte de son ami Christian Estrosi présenté et voté le 3 novembre dernier au conseil régional.
 
Mais à plusieurs reprises, ce sont les élu·e·s d’extrême-droite qui ont dicté à la maire ses décisions. Ainsi, Josyane Solari a de nouveau jugé nécessaire de jeter l’opprobre sur trois associations aixoises, toujours les mêmes et toujours pour la simple raison qu’elles comportent « maghrébin » ou « étranger » dans leur objet. Nous ne sommes certes pas surpris que Mme Solari se contente de ce raisonnement sans rien connaitre du travail réel des associations dans notre ville. Ce qui devient en revanche très inquiétant est que Maryse Joissains reprenne à son compte ces propos en demandant à ce qu’on vérifie que ces associations ne soient pas « anti-
françaises ». Ajoutant le ridicule à l’idiotie, quand la propre majorité rappelle à la maire que les associations subventionnées par la ville font déjà l’objet d’un contrôle des services de la mairie, quand je souligne qu’elles sont soutenues par l’État, le département, la région et la CAF dans le cadre du contrat de ville, Maryse Joissains demande alors à ce qu’on procède à... un audit externe. On se demande bien pourquoi les services de la ville et ceux des autres collectivités seraient fiables pour toutes les associations sauf ces trois-là...
 
Seconde convergence pendant la séance lorsque Josyane Solari — toujours elle — demande à ce que l’on retire une subvention de 4000 € au centre social Albert-Camus. Rien de très original a priori quand on connait la façon dont les municipalités FN gère les structures sociales. Mais, surprise !, Maryse Joissains a décidé... d’obéir à Mme Solari et a demandé à retirer ces 4000 € du contrat de ville. Le centre social, qui se trouve à Corsy et accueille au quotidien des Aixois·e·s en situation de précarité malgré des moyens déjà maigres, se retrouve ainsi amputé de 4000€ sur une injonction... de l’extrême-droite. Qui seront les suivants ?
Repost 0
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 18:36

Suite aux exactions répétées de militant·e·s d'extrême-droite (Action française) contre des locaux, des réunions politiques ou des initiatives citoyennes à Aix, les partis de gauche, les syndicats et de très nombreuses associations progressistes de notre ville appellent les Aixoises et les Aixois à se rassembler massivement samedi prochain pour défendre les libertés et la démocratie dans notre ville :

samedi 19 mars à 16h
place de la Rotonde (à l'entrée des Allées provençales
.)

Repost 0
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 12:53

Depuis que Marine Le Pen a accédé à la présidence du Front national — et plus encore depuis ses disputes avec son père — il est de bon ton de dire que le FN serait en voie de « dédiabolisation ».

Au conseil régional, je siège dans le même hémicycle que 21 élu·e·s FN : laissez moi vous dire que, malgré l'arrivée de Marine et Marion Le Pen, la ligne politique de l'extrême-droite n'a pas changé. Je vous propose d'en voir deux exemples à l'occasion de la réunion plénière du conseil régional du 26 juin dernier.

Une des 99 délibérations portait sur la politique du logement. À l'occasion du débat, on entend Mme Lartigue (FN) répondre à Colette Charriau (EÉLV) : elle déclare que les lois SRU (qui fixe un nombre minimum de logements sociaux par commune) et Littoral (qui protège l'aspect naturel de nos côtes) « sont des lois complètement injustes » (à 3 min.). Puis elle révèle que les obsessions du FN n'ont pas changé : à 4 min. 30 « Votre politique en matière de logements sociaux est une pompe aspirante de l’immigration » et « [nous espéons que] les logements sociaux iront aux jeunes qui s’appellent Durand, aux jeunes qui s’appellent Dupond et aux jeunes qui s’appelleront Martin ». Le FN souhaite ni plus ni moins que les logements sociaux soient attribués sur des critères raciaux…

Second exemple : un rapport portait sur la convention « Territoire d'excellence » signée il y a quelques en présence de la secrétaire d'État aux droits des Femmes. On y entend la position du FN sur l'égalité femmes-hommes : il y est opposé, tout simplement. Vous pourrez entendre l'élue Front national dire « Je ne me vois pas en bleu de travail avec du cambouis sur les mains ou encore en train de conduire un 35-tonnes pas plus que je ne supporte des sages-femmes version masculine. Cela a toujours été une spécificité féminine… » ou « l’homme et la femme ne sont pas égaux mais plutôt complémentaires ».

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région tribune extrême-droite
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 14:23

On a beau avoir l'habitude, les dérapages réguliers de Maryse Joissains ne cessent de surprendre… Nouvel épisode ce matin sur France Bleu Provence.

D'abord interrogée sur le fichage ethnique des enfants effectué par le maire FN de Béziers, Maryse Joissains ne voit chez Robert Ménard que « des erreurs dans sa manière de s'exprimer », rien de plus…

Le journaliste lui demande ensuite son avis sur Jean-Marie Le Pen. La maire UMP d'Aix dénonce ses propos sur les chambres à gaz… mais voit en Le Pen « un homme qui a son intégrité totale ». Selon Maryse Joissains, on peut donc nier ou minimiser la Shoah et garder « son intégrité totale ».

Ce qui n'empêche pas Maryse Joissains de se proclamer « républicaine ». D'ailleurs, à propos du rebranding de l'UMP en « Les Républicains » :

Journaliste : À gauche ils ne sont pas républicains ?

M. Joissains : Non je ne crois pas qu'ils soient républicains. Je crois qu'ils sont dans l'excès. La République c'est aussi une question d'équilibre. Et je ne pense pas qu'à gauche il y ait l'équilibre de la République.

Voilà où en est la pensée de Maryse Joissains : le fichage ethnique est un simple problème d'« expression », minimiser un génocide n'affecte pas votre « intégrité »… mais ce sont les socialistes qui « sont dans l'excès » !

Rappelons également que l'UMP… euh, pardon : « Les Républicains », c'est aussi le parti qui, au conseil régional, refuse une délibération sur la citoyenneté, applaudit aux propos racistes de Christian Estrosi… et continue donc de tolérer les déclarations de Maryse Joissains.

> La réaction de section PS d'Aix-en-Provence

> Écouter l'inverview de Maryse Joissains

Repost 0
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:21

Communiqué de presse de Fatima Orsatelli et moi-même sur les propos tenus par des élus Front national hier, lors de l'Assemblée plénière du Conseil régional :

Assemblée plénière du Conseil régional : Gaëlle Lenfant et Fatima Orsatelli dénoncent les propos inacceptables tenus par des élus du Front National

« Le Front National a tenu des propos inacceptables au sujet de la délibération présentée par Fatima Orsatelli sur la politique de la ville. Invoquer la tuerie “d'hommes en gestation” au sujet de l'IVG, la “sublimation des différences nécessaire entre hommes et femmes”, évoquer la prétendue théorie du genre, et mépriser la solidarité nationale en divisant les populations de façon provocatrice est profondément choquant » a déclaré Gaëlle Lenfant, Vice-présidente de la Région déléguée à la jeunesse, au Conseil Régional des Jeunes, aux solidarités, à la prévention, la sécurité et à la lutte contre les discriminations.


« Ces propos inqualifiables tenus dans l’hémicycle du Conseil régional font injure aux valeurs de la République. Ces élus qui n’ont de cesse de dresser les Français les uns contre les autres, les hommes contre les femmes, les salariés contre les chômeurs, sont bien loin de la dédiabolisation à laquelle Marine Le Pen tente de nous faire croire. Ils sont bien représentatifs d’un parti qui n’a pour seul programme que la haine et le rejet de l’autre » a indiqué Fatima Orsatelli, Conseillère régionale déléguée à la politique de la ville.

Repost 0
Publié par Gaëlle Lenfant - dans région extrême-droite
commenter cet article

Accueil

Qui est Gaëlle Lenfant

Contacter Gaëlle Lenfant

Gaëlle Lenfant sur Facebook

Gaëlle Lenfant sur Twitter

Démocratie pour Aix, groupe d'opposition républicaine au conseil municipal

Section socialiste d'Aix-en-Provence

Parti socialiste